Aller Urétrite chez la femme: symptômes, traitement de l'uréthrite chez la femme
médecine en ligne

Urétrite chez les femmes

Contenu:

Urétrite chez les femmes

Urétrite chez les femmes

L'uréthrite est une pathologie urologique assez fréquente chez les hommes et les femmes. Cette maladie se caractérise par une inflammation de la membrane muqueuse de l'urètre et s'accompagne de douleurs lors de la miction et d'un écoulement caractéristique de l'urètre.



Types d'urétrite chez les femmes

L'uréthrite est une maladie qui survient le plus souvent à la suite de la pénétration d'un agent pathogène infectieux dans l'urètre. Dans le même temps, les cliniciens sont au courant du développement de l'urétrite non infectieuse. Ceux-ci comprennent les allergies, traumatiques (urétrites, apparaissant après le cathétérisme), congestives, échangeables, ainsi que les inflammations causées par des pathologies de l'urètre. Cependant, il est immédiatement nécessaire de préciser que les urétrites non associées à une infection sont très rares. Dans le même temps, les processus inflammatoires de l'urètre, apparus du fait d'infections bactériennes, fongiques ou virales, se divisent en pratique en deux grands groupes: spécifiques et non spécifiques.

Urétrite spécifique

Cette forme de pathologie est retrouvée chez les femmes souffrant d'une maladie sexuellement transmissible ( gonorrhée , chlamydia , trichomonase, mycoplasmose , gardenonerellose, uréaplasmose ). Il convient de noter que dans le corps de la femme peut être simultanément plusieurs agents pathogènes infectieux différents. En règle générale, une urétrite spécifique chez la femme se fait sentir après un contact sexuel. Cependant, dans certains cas, la maladie ne se développe pas immédiatement, mais après la période d'incubation, qui peut durer de quelques heures à plusieurs jours, et avec l'évolution à long terme de la maladie, l'exacerbation du processus pathologique peut survenir à presque n'importe quel moment.

Urétrite non spécifique

L'urétrite non spécifique est une inflammation de l'urètre résultant de la pénétration de la microflore pathogène conditionnelle dans l'urètre. Il peut s'agir de staphylocoques, streptocoques, Proteus, E. coli, divers organismes fongiques, etc. Cette forme de pathologie peut également se développer après un contact sexuel à la suite d'un reflux massif de micro-organismes pathogènes conditionnels qui se produisent directement pendant la période d'accouplement. En règle générale, cette situation est constamment observée. Cependant, chez les femmes dont le système immunitaire fonctionne bien, l'inflammation ne se produit pas, mais dès que les défenses de l'organisme sont affaiblies, des symptômes désagréables peuvent survenir immédiatement.

Facteurs déclenchant le développement de l'urétrite chez la femme

Selon l'opinion de spécialistes, le développement de l'urétrite chez la femme résulte le plus souvent d'une violation de la microflore du vagin, c'est-à-dire en présence d'une vaginite bactérienne. Cette affection se caractérise par la présence dans le vagin d'un grand nombre de microflores non caractéristiques (conditionnellement pathogènes) qui, dans certaines conditions, peuvent être activées et provoquer une inflammation. Les facteurs suivants peuvent provoquer le développement de l'urétrite:

  1. La surfusion unique ou permanente.
  2. Urolithiase (traumatisme de l'urètre le traversant avec du sable ou des cailloux).
  3. Blessures à la vulve.
  4. Effort physique intense.
  5. Activité sexuelle élevée et présence simultanée de plusieurs partenaires sexuels.
  6. Vie sexuelle irrégulière.
  7. Miction retardée et consommation d'eau insuffisante.
  8. Manipulations médicales (cathétérisme, examen gynécologique, prélèvements de frottis dans l'urètre, etc.).
  9. Erreurs dans le régime alimentaire (abus d'aliments acides, salés, épicés et marinés).
  10. Abus de boissons alcoolisées.
  11. Diverses réactions allergiques.
  12. Congestion dans la région pelvienne.
  13. Sténose de l'urètre (rétrécissement de l'urètre).



Symptômes de l'urétrite chez les femmes

Les symptômes les plus caractéristiques de l'urétrite comprennent les crampes, la douleur et la sensation de brûlure qui se développent au cours de la miction (surtout au tout début). Parfois, des pertes purulentes ou mucopuruleuses apparaissent à partir de l'urètre. Cependant, ce symptôme chez les femmes n'est pas toujours détecté (en raison des caractéristiques anatomiques de la structure du système urogénital). En pratique urologique, une maladie telle que l’urétrite féminine est généralement divisée en trois étapes. Il convient de noter que la durée de chacun d’eux peut varier en fonction de l’état général du corps de la femme. Le stade I se caractérise par des exacerbations périodiques, qui sont assez rares et peuvent avoir diverses manifestations (mineures à très graves). En règle générale, cette condition passe très rapidement, sans causer beaucoup d'inquiétude à la femme. Par conséquent, si la patiente se tourne vers un médecin, il est alors recommandé de prendre des médicaments antibactériens légers qui peuvent rapidement soulager l’inflammation. Au stade II de l'urétrite chez les femmes, il y a une augmentation des exacerbations, et des médicaments antibactériens chaque fois de pire en pire. Par conséquent, pour éliminer le processus inflammatoire dans l'urètre, le patient est obligé de recourir à des antibiotiques plus puissants. En même temps, dans l'intervalle entre les exacerbations, aucun symptôme pathologique n'est observé chez une femme. Le troisième stade de l'urétrite est la période la plus difficile au cours de laquelle il n'y a pratiquement pas de rémission. Le patient se plaint constamment de douleurs dans l'urètre. Les médicaments antibactériens n'apportent pratiquement pas le soulagement escompté et peuvent parfois provoquer l'apparition d'exacerbations.

Traitement de l'urétrite chez les femmes

L'uréthrite est une pathologie urologique, mais les causes qui provoquent le développement du processus inflammatoire sont souvent référées à la section gynécologie. Par conséquent, le traitement de cette maladie est confié à l'urogynécologue. Il s’agit d’un spécialiste possédant à la fois les deux spécialités, c’est-à-dire les maladies gynécologiques et urologiques. Le traitement de l'urétrite chez les femmes doit être effectué simultanément dans plusieurs directions. Tout d'abord, il devrait viser à rétablir les propriétés normales de la membrane muqueuse de l'urètre. Ceci est particulièrement important dans les cas où le patient reçoit un diagnostic d'urétrite chronique et où le processus inflammatoire n'est plus directement lié à la pénétration de l'infection dans l'urètre. La deuxième tâche importante consiste à rétablir la microflore normale du vagin. Le fait est que la présence de micro-organismes opportunistes dans le tractus génital d'une femme provoquera constamment le développement d'une urétrite, car les agents pathogènes peuvent pénétrer librement du vagin dans l'urètre. Dans ce cas, le traitement est prescrit uniquement à titre individuel et nécessite un certain temps. Enfin, pour se débarrasser de l’urétrite, une femme doit recouvrer une immunité locale et générale affaiblie. Il convient de noter que le renforcement de l'immunité locale et générale s'effectue de différentes manières et que les immunomodulateurs sont également affectés individuellement. Initialement, dans le processus de traitement de l'urétrite chronique, une femme subit un traitement de restauration de la microflore, et des instillations de l'urètre sont effectuées (lavage de l'urètre avec des médicaments). De plus, pendant cette période, un traitement antibactérien systémique est nécessaire. Dans le traitement de l'urétrite, les suppositoires et tampons vaginaux anti-inflammatoires et antibactériens, ainsi que les applications à la paraffine et à la boue se sont révélés efficaces. En raison de telles procédures, il se produit une expansion des vaisseaux sanguins à proximité, une circulation sanguine locale accrue et des processus métaboliques normalisés. Si nécessaire (en cas de préservation des symptômes douloureux), on prescrit au patient tushivanie (cautérisation de la membrane muqueuse) de l'urètre. Cette procédure est justifiée dans le cas où des modifications irréversibles se produisent dans la membrane muqueuse de l'urètre sous l'influence de processus inflammatoires incessants et, par conséquent, toutes les mesures thérapeutiques n'ont pas l'effet souhaité. Après cautérisation, une nouvelle couche de membrane muqueuse est formée. En tant que moyen de cautérisation dans la pratique clinique, un produit chimique concentré spécial est utilisé. Cette procédure nécessite une anesthésie locale sans injection. Après cautérisation, une croûte se forme sur le site de la zone enflammée et, une fois celle-ci rejetée, un nouveau tissu se développe et tous les symptômes négatifs disparaissent. En moyenne, un traitement complet contre la cystite dure 2 à 3 semaines. À l'heure actuelle, il est strictement interdit de consommer des boissons alcoolisées et des produits provoquant l'apparition d'un état pathologique et d'affaiblir les effets de la drogue. Il est déconseillé d'avoir des contacts sexuels. Une fois le traitement principal terminé, on peut prescrire à la femme un traitement thérapeutique supplémentaire, d’une durée de 1 à 2 semaines après 3 mois. Les patients chez qui on a diagnostiqué une cystite chronique, pour un effet maximal, devraient suivre plusieurs cours de ce type au cours de l'année.

Méthodes traditionnelles de traitement de l'urétrite chez les femmes

Pour éliminer les symptômes d'inflammation de l'urètre, les guérisseurs traditionnels recommandent d'utiliser quotidiennement le jus de carottes, d'airelles ou de canneberges fraîchement pressé. Dans le traitement de cette pathologie, le persil, la betterave et le céleri ont fait leurs preuves. Ces aliments devraient être inclus dans l'alimentation quotidienne. Cependant, les femmes conseillent aux médecins de préparer un outil thérapeutique comprenant du persil (80 g). Il devrait être écrasé et verser du lait. Ensuite, faites cuire pendant une heure dans un four préchauffé et laissez mijoter jusqu'à ce que le liquide s'évapore deux fois. Filtrer le liquide restant et prendre une cuillère à soupe pendant la journée (à des intervalles de 60 minutes). Ce traitement doit être effectué jusqu'à l'élimination complète des symptômes douloureux. Le cassis est également très efficace dans le traitement de la cystite. Parmi les baies de cette plante anti-inflammatoire et diurétique, les guérisseurs traditionnels vous conseillent de préparer la décoction et de prendre 50 à 100 ml par jour. Il convient de noter que les méthodes de traitement traditionnelles n'agissent pas immédiatement, il faut parfois 20, voire 30 jours pour que l'effet soit atteint. Par conséquent, ce traitement est préférable en conjonction avec les techniques traditionnelles.

Prévention de l'urétrite chez les femmes

Afin d'empêcher le développement de cette pathologie, il est nécessaire de minimiser l'impact des facteurs néfastes pouvant provoquer un affaiblissement des forces immunitaires du corps. Tout d'abord, il est nécessaire de respecter scrupuleusement les règles d'hygiène personnelle afin de vous protéger du stress et de l'hypothermie. Vous devez également faire très attention lors des rapports sexuels occasionnels et, afin d'éviter les MST, de vous assurer d'utiliser un équipement de protection individuelle. Dans le même temps, il est nécessaire de manger correctement et régulièrement, de prévoir suffisamment de temps pour dormir, d'éliminer rapidement les symptômes de diarrhée ou de constipation et de surveiller votre état grâce à un traitement antibiotique. Il est conseillé aux femmes atteintes de cystite récurrente, lors de contacts sexuels, de ne pas utiliser de médicaments contraceptifs détruisant les spermatozoïdes (spermicides), ces substances détruisant également les lactobacilles, qui sont des représentants de la microflore vaginale normale et produisent du peroxyde d'hydrogène, ce qui empêche l'activation de la microflore pathogène. Mais si une femme refuse de changer de méthode de contraception habituelle, il est recommandé, après la fin des rapports sexuels, d'utiliser des médicaments antibactériens à des fins préventives (une fois, ainsi que lorsque des symptômes cliniques se manifestent).


| 1er janvier 2015 | | 3,761 | Maladies chez les femmes
Aller

Aller
Aller