Aller Ureaplasma pendant la grossesse, traitement de l'uréeplasmose pendant la grossesse
médecine en ligne

Ureaplasma pendant la grossesse

Contenu:

Ureaplasma pendant la grossesse

Ureaplasma pendant la grossesse

Le concept de microflore "conditionnellement pathogène" induit en erreur beaucoup de personnes confrontées au diagnostic d' urée - plasmose . Il semble que le microorganisme, compagnon de toute une vie pour une personne, ne puisse lui nuire, et la bactérie Ureaplasma fait partie du fond bactérien normal de l'intestin humain qui l'accompagne de la naissance à la mort. Même sur des portails médicaux réputés, vous pouvez trouver des conseils pour ne pas prêter attention à un tel diagnostic, en le prenant pour acquis et en ne prenant aucune mesure pour l'éliminer.

Le danger d'ureaplasma n'est pas dans sa présence dans le corps, mais dans sa reproduction excessive, dépassant le niveau normal. Un tel déséquilibre peut survenir en cas d'affaiblissement du système immunitaire, empêchant le corps de maintenir un équilibre optimal entre des bactéries agressives et sans danger.

La grossesse est précisément la période où le système immunitaire est affaibli et où la microflore pathogène gagne le risque de propagation incontrôlée. La gravité de la situation est exacerbée par la responsabilité du patient, non seulement pour son corps, mais également pour l'état du bébé à naître. C’est la raison pour laquelle le diagnostic opportun et les mesures prises pour normaliser la microflore intestinale, et en particulier le contrôle de la concentration de bactéries dans le plasma urée.

Pourtant, la principale voie d'infection est considérée comme la transmission sexuelle de l'infection. Ce n’est pas pour rien que cette maladie est appelée infection sexuellement transmissible.



Le danger de l'uréeplasmose pendant la grossesse

Les processus inflammatoires du système uro-génital, qui comprennent l'ureaplasmose, affectent les organes génitaux et les voies urinaires, en perturbant leur fonctionnement normal. La reproduction incontrôlée des bactéries conduit à la reconquête de vastes zones d'habitat, s'élevant par les canaux ci-dessus. Ainsi, les parois du vagin et de la muqueuse cervicale sont affectées.

La défaite des bactéries ureaplasma modifie la structure des tissus, ce qui affecte négativement la capacité à avoir des enfants. Les bactéries et les produits du processus inflammatoire qu'ils provoquent ont un effet négatif. Les tissus enflammés et en décomposition sont le moyen optimal pour la reproduction d'un certain nombre de bactéries agressives, de sorte que l'uréeplasmose peut provoquer plusieurs maladies concomitantes.

L’uréaplasmose est une cause fréquente d’infertilité et de fausse couche à un stade précoce. Ceci est dû à l'affaiblissement du pharynx externe, qui n'est pas capable de supporter une pression significative après l'amincissement des tissus par le processus inflammatoire. Le résultat d'une telle activité bactérienne devient l'incapacité de devenir enceinte, une grossesse extra-utérine ou une fausse couche si la fécondation a effectivement lieu.

La menace de fausse couche due à l'uréeplasmose est résolue en pratiquant une opération de fermeture du col de l'utérus mais, comme toute opération, ces actions ne sont pas totalement sans danger pour l'enfant. Les dommages causés au fœtus sont évidents, mais ces mesures sont souvent absolument nécessaires pour préserver la grossesse.

Outre le risque d'avortement en cas de non traitement de l'uréaplasmose, un certain nombre d'infractions sont possibles à la naissance de la part de la mère avec le diagnostic suivant:

  • développement insuffisant des organes internes, en particulier des poumons et des reins;
  • violations de la formation du système nerveux du bébé;
  • infection intra-utérine du fœtus, compliquant les premières années de la vie d’un enfant, dont le corps n’est pas encore capable de localiser le problème lui-même.

Sous-estimer le danger des conséquences de l'urée-plasmose n'en vaut pas la peine, car la liste des maladies provoquées par celles-ci est assez longue:

  • les maladies de tout organe du système digestif;
  • pyélonéphrite et un certain nombre d'autres troubles des reins et du foie;
  • l'impuissance, ainsi que l'infertilité féminine et masculine;
  • destruction de l'immunité.

L'uréeplasmose transférée au nouveau-né laissera une prédisposition à ces maladies dès la naissance. La future mère est responsable non seulement de sa santé, mais également de la condition de son enfant. C'est pourquoi il est impossible de quitter le cours de la maladie sans y prêter attention. Si un nombre accru de bactéries ureaplasma est détecté au cours de l'analyse, l'examen supplémentaire nécessaire doit être effectué et le programme du traitement prescrit par le médecin doit être effectué.

Symptômes de ureaplasma pendant la grossesse

L'organisme de la future mère subit de nombreux changements, ce qui complique la définition de nombreuses maladies associées à des lésions du système urogénital. Dans le même temps, il est possible d’isoler certains signes d’ureaplasmose dans la forme aiguë, c’est-à-dire passée d’un état de concentration normale de ce type de bactéries à un état accru:

  • une sensation de brûlure, des démangeaisons, une gêne dans la région des organes génitaux externes, avec une augmentation de ces sensations lors de l'urination, de la prise d'un bain chaud ou du réchauffement avant le coucher;
  • changements dans les pertes vaginales, une ombre trouble et une odeur aigre;
  • tiraillements et douleurs spasmodiques dans le bas-ventre lorsque des bactéries pénètrent dans les trompes de Fallope le long des parois du vagin;
  • intimité intime.

Avec la défaite de la vessie, une femme enceinte peut être perturbée par les symptômes de la cystite: mictions douloureuses et fréquentes.

Souvent, les femmes enceintes, considérant ces signes comme faisant partie du processus de gestation, vont chez le médecin trop tard, ne voulant pas ressembler à des alarmistes hystériques, ou pire, commencent à s'auto-guérir en essayant de se débarrasser du muguet, de la cystite ou du mal de gorge. Les médecins soulignent que ces pensées sont la cause la plus courante de négligence de la maladie, qui s’applique facilement au traitement à un stade précoce et est capable de causer des dommages irréversibles à l’organisme au cours du traitement tardif.

Diagnostic de l'uréeplasmose pendant la grossesse

L’analyse de l’uréaplasmose est incluse dans le cycle général des examens des femmes inscrites à la clinique prénatale pour grossesse et qui ont eu un accouchement prématuré, une fausse couche ou une difficulté à concevoir. Lorsque des tests de grossesse peuvent être attribués à la demande des plus observés. Mais au moment où la conception a déjà eu lieu, les actions du médecin se limitent à la possibilité de nuire au fœtus, l'utilisation de nombreux médicaments efficaces est déjà contre-indiquée. Par conséquent, les médecins ne sont pas fatigués de recommander une grossesse planifiée avec diagnostic préalable et traitement de tous les processus infectieux et inflammatoires, même avant le moment de la conception.

Un diagnostic précis de l'analyse initiale n'est souvent pas suffisant, car il ne montre que la présence de micro-organismes dans les muqueuses, sans indiquer leur type et leur concentration. Pour clarifier ces données, des méthodes de frottis plus fiables sont utilisées. Également pour les femmes enceintes, la méthode de détection des anticorps n’est pas utilisée, car elle n’est pertinente que pour déterminer la récurrence d’une maladie qui n’est pas jugée tolérable une fois et, par conséquent, son immunité n’est pas développée.

Les principales méthodes permettant de déterminer l’ureaplasmose et son degré de danger pour une femme enceinte donnée sont les suivantes:

  • La réaction en chaîne du polymère (PCR) est la principale détection de l'ADN d'un microorganisme pathogène. Elle confirme avec précision le diagnostic effectué dans un délai d'un jour ouvrable et sert de base à un renvoi pour un examen plus approfondi. Cependant, la méthode n’est pas quantitative et ne permet pas de contrôler l’efficacité du traitement;
  • Semer - des microorganismes en croissance isolés d’un frottis sur un support optimal pour leur reproduction, montrant les perspectives de développement de la maladie et fournissant un matériel de sélection expérimentale d’agents thérapeutiques.

La deuxième méthode est essentielle pour la préparation d'un programme de traitement individuel particulièrement pertinent dans le cas d'une patiente enceinte. La culture cultivée est testée pour sa résistance à divers types de produits pharmaceutiques, ce qui leur permet de sélectionner la concentration nécessaire et suffisante sans surcharger le corps. Il faut une telle enquête pendant plusieurs jours. À l'avenir, l'efficacité de la thérapie prescrite est déterminée par la même méthode.
Préparer une femme à une analyse pour obtenir le résultat le plus précis possible:

  • pendant deux ou trois jours pour exclure tout sexe;
  • pendant la même période, l’utilisation de produits d’hygiène intime et de médicaments d’action locale est interdite;
  • il est interdit d'utiliser des tampons et de nettoyer les muqueuses vaginales, notamment en se douchant;
  • le jour du test, ne suivez aucune procédure d’hygiène intime.

Ces recommandations visent à minimiser la distorsion de la flore bactérienne de la muqueuse vaginale afin d’obtenir des données fiables sur les résultats de la recherche.

Traitement par ureaplasma pendant la grossesse

Le traitement de l'uréeplasmose, comme la plupart des maladies virales et microbiennes, repose sur l'utilisation d'antibiotiques. En association avec eux, on prescrit le plus souvent d'autres médicaments qui contribuent à la normalisation de la microflore après une exposition à des agents antimicrobiens et des immunostimulants qui renforcent le corps dans son ensemble. Par conséquent, il ne faut pas s’étonner de la liste impressionnante de personnes affectées d’une maladie «dangereusement conditionnelle».

Il est important de garder à l'esprit que le traitement d'un seul partenaire sexuel sans le traitement du second ne donnera pas de résultats, l'échange de bactéries et de virus aura lieu lors du premier rapport sexuel non protégé.
Le traitement antibiotique ne peut pas être attribué immédiatement, mais seulement lorsqu'une menace spécifique pour le fœtus est détectée. De plus, l’utilisation d’antibiotiques aux premiers stades est la plus dangereuse. Dans tous les cas, le médecin effectue toutes les actions en tenant compte de la situation dans un cas particulier. Ses recommandations doivent donc être mises en œuvre sans poser de questions, même si les conseillers de l’extérieur partagent un régime de traitement complètement différent qui s’est bien révélé dans un autre cas. Le plus souvent, le traitement commence après 22 semaines de grossesse. L'érythromycine est l'antibiotique le plus populaire chez les femmes enceintes.

Une fois le traitement terminé, des analyses répétées sont effectuées pour contrôler la situation. L'urée-plasmose n'est pas un indice d'interruption d'une grossesse normale. Même l'accouchement en l'absence d'autres indications sera programmé à temps et en mode naturel.

Prévention de l'uréeplasmose et d'autres infections

  • préparer à l'avance pour la grossesse - l'examen et le traitement de l'infection doivent avoir lieu pendant la période de planification de la grossesse;
  • les mesures d'hygiène intimes et l'utilisation d'articles de toilette personnels uniquement;
  • évitez les relations sexuelles imprudentes, utilisez un préservatif en l’absence de confiance en la santé de votre partenaire.

Méthodes traditionnelles de traitement de l'uréeplasmose pendant la grossesse

Les méthodes traditionnelles répètent les recommandations des médecins concernant l’effet complexe sur le problème des taux élevés de bactéries ureaplasma dans le corps de la femme enceinte. La plupart des remèdes populaires ne visent pas à détruire la bactérie, mais à restaurer l’immunité.

Les tisanes au bore utérus et à la verge d'or sont activement utilisées. Comme dans le cas d'autres maladies virales, il est difficile de surestimer l'efficacité des oignons et de l'ail. Le thé banal au citron et au miel au lieu de sucre a un effet tonique. Il existe de nombreuses recettes de ce type, mais pour pouvoir les tester vous-même, vous devez préalablement consulter un médecin.


| 1er janvier 2015 | | 3,654 | Les maladies de grossesse
Aller

Aller
Aller