Aller Inflammation, pincement du nerf sciatique: symptômes, traitement

Inflammation, pincement du nerf sciatique: symptômes, traitement

Contenu:

Le nerf sciatique est le tronc le plus long et le plus vaste du système nerveux périphérique. Il est formé du plexus des fibres nerveuses provenant des segments lombaire et sacré de la moelle épinière. La douleur qui survient pendant le développement du processus pathologique dans cette région peut varier en nature et en intensité, allant d'un léger inconfort à une agonie insupportable. L'inflammation et le pincement du nerf sciatique provoquent le développement de la même maladie, accompagnés de douleurs dans le bas du dos et des membres inférieurs. En terminologie clinique, ce processus pathologique est appelé neuropathie ou radiculopathie du nerf sciatique.



Qu'est-ce que la neuropathie du nerf sciatique?

Nerf sciatique La neuropathie du nerf sciatique (termes obsolètes - sciatique, sciatique) est une maladie du système nerveux périphérique qui survient à la suite d'une lésion (pincement, inflammation ou lésion) des racines des nerfs rachidiens de la colonne lombo-sacrée. C'est une pathologie assez commune, survenant chez 10% de la population adulte ayant atteint l'âge de 40 ans. Au cours de la formation du syndrome radiculaire (conséquences de l’implication dans le processus pathologique des structures nerveuses périphériques), une douleur neuropathique se développe, se localise dans le fessier et s’étend ensuite sur tout le dos du membre inférieur, ainsi que dans la région lombaire. Il peut être de deux types: dysezestic et truncal.

Des douleurs distiesiques (de surface) sont observées lors de la lésion primaire de petites fibres nerveuses. Ce type de douleur est décrit comme une brûlure, une sensation de brûlure, des coups de feu, des coups de couteau, une douleur ressemblant à une brûlure, une rampe, un choc électrique.

La douleur tronculaire (profonde) est caractérisée par une pression, une lancinante, une coupure périodique, une rupture. Typiquement, une telle douleur se développe avec des neuropathies en tunnel ou une compression des racines de la colonne vertébrale.

Causes de la neuropathie

Causes de la traction du nerf sciatique:

  • Atteinte (compression tunnel) des racines nerveuses de la hernie intervertébrale;
  • Spasme aigu du muscle grand fessier ou muscle en forme de poire, qui exerce une pression sur les fibres nerveuses ou les structures de la colonne vertébrale.

Causes de l'inflammation du nerf sciatique:

  • Blessures et maladies dégénératives dystrophiques de la colonne vertébrale;
  • L'hypothermie;
  • Divers processus infectieux (y compris l'infection à VIH);
  • Troubles endocriniens et métaboliques;
  • Anomalies congénitales de la colonne vertébrale;
  • Effort physique intense;
  • Inflammation des articulations de la colonne vertébrale.

Les facteurs de risque qui provoquent le développement de la radiculopathie sacro-lombaire incluent la prédisposition héréditaire, certains types d’activités professionnelles (menuisiers, chauffeurs, chauffeurs de machines, agriculteurs), le travail prolongé dans une position inconfortable, le tabagisme et les nouveaux processus éducatifs.

Symptômes de pincement du nerf sciatique

Le nerf sciatique provient des racines nerveuses de la colonne lombaire. De plus, à travers l'ouverture sciatique, située sous le muscle en forme de poire, sort de la cavité pelvienne, passe sous le grand fessier et passe au milieu du pli fessier jusqu'à la surface arrière de la cuisse. Ce nerf périphérique innerve les muscles de tout le dos du membre inférieur et de la plante du pied. Lorsqu’il est enfoncé ou enflammé, la flexion de la jambe au niveau de l’articulation du genou est perturbée, tandis que le membre raide commence à avancer en raison de la parésie (violation ou perte partielle des fonctions motrices des muscles) du pied et des mouvements actifs des doigts diminuent ou disparaissent. Lorsque vous baissez la jambe, la douleur augmente. Avec une palpation profonde du nerf sciatique, une douleur intense se développe dans la hanche et la jambe.

Actuellement, les cliniciens connaissent plusieurs options pour les neuropathies de compression. Leurs symptômes consistent en trois syndromes principaux: vertébral, neuritique (apparaissant à la suite de lésions du tronc du nerf périphérique) et dystrophique. Les patients se plaignent de douleurs douloureuses et lancinantes au niveau du grand fessier, de la hanche et de l'articulation sacro-iliaque. En position debout, en marchant et en position accroupie, la douleur augmente, tandis qu'en position couchée et assise les jambes écartées, elles s'atténuent quelque peu. La douleur peut se propager dans toute la jambe, ou localisée uniquement dans la zone d'innervation. L'hypothermie, une situation stressante ou un changement de temps peuvent provoquer une exacerbation du processus pathologique.

Le plus souvent, la douleur n'est observée que d'un côté du corps. Dans le même temps, on note un engourdissement et des picotements de la partie opposée du corps. Moins souvent, les deux membres sont impliqués dans le processus inflammatoire en même temps. Aux premiers stades de la maladie, la douleur est caractérisée par une faible intensité. Ils sont aggravés par la toux, les éternuements, les rires et les exercices. Au fil du temps, l’inconfort s’aggrave et peut provoquer des convulsions au cours de la nuit. Dans les cas graves, en raison d'une douleur aiguë, le patient est complètement immobilisé.

Les signes cliniques les plus caractéristiques d’atteinte du nerf sciatique comprennent des douleurs dorsales sévères et une altération du fonctionnement normal de l’une des grosses articulations (genou, cheville ou hanche) survenant au fond de la névralgie lombaire.

Dans certains cas, les patients développent des troubles trophiques et vasomoteurs. La température corporelle locale augmente ou une cyanose et un refroidissement du pied et de la jambe d'un membre blessé se développent. Sur la semelle, on peut détecter une hyperkératose (épaississement excessif de la couche cornée de l'épiderme), une hyperhidrose plantaire (transpiration accrue des pieds), une anhidrose (absence totale de transpiration). Il peut y avoir violation du trophisme des tissus sur le bord extérieur du pied, dans la région du talon ou sur le dos des doigts, ce qui modifie la forme et la couleur des ongles et réduit la force ou l’atrophie des muscles de la jambe et du pied. Les patients présentant des lésions du nerf sciatique ne sont pas capables de se tenir sur les orteils ou les talons.

Évolution de la maladie

Dans le cas où l'herbe devient la cause de la neuropathie (lever de poids, tomber sur les jambes, torsion brusque ou saut), un développement instantané du processus pathologique est possible.

Avec un travail physique intense et la présence d'une infection chronique, la maladie progresse lentement (la douleur augmente à chaque attaque). Premièrement, il y a une douleur dans les fesses et la région lombaire, il y a une tension et une lourdeur dans les jambes. Au fil du temps, les sensations de douleur s'intensifient et leur point culminant devient l'un des facteurs exogènes (hypothermie, levée de poids soudaine, etc.). Il convient de noter que cette situation complique considérablement la clarification des causes qui ont conduit au développement du processus pathologique.

Diagnostic de radiculopathie

Avec la défaite du nerf sciatique, le diagnostic est établi sur la base des signes caractéristiques de la maladie et des données obtenues lors de l'examen au moyen d'instruments (IRM, scanner, rayons X).

Pour choisir la bonne tactique de traitement, un neurologue doit disposer d'informations précises sur les principaux syndromes cliniques d'une région nerveuse sciatique particulière. Le plus informatif dans cette situation est la présence de:

  • Syndrome de Sicar (douleur accrue lors de la flexion du pied dans le dos);
  • Syndrome de Legas (en position couchée, il est très difficile pour un patient de soulever une jambe douloureuse en raison d'une forte augmentation de la douleur);
  • syndrome d'atterrissage (lorsque le membre est non plié, le patient est incapable d'assumer une position assise).

Quelles maladies peuvent être confondues?

La neuropathie du nerf sciatique doit être différenciée d'autres maladies de nature vertébrale (spondylarthrite ankylosante, méningoradiculite, myélome solitaire (myélome), spondylarthrite variée, tumeurs vertébrales métastatiques primitives de la colonne lombaire).

Les syndromes neurovasculaires réflexes doivent être différenciés de l'insuffisance artérielle athéroscléreuse, de la thrombophlébite, de la phlébothrombose, de la maladie de Raynaud.

Traitement de pincement, inflammation du nerf sciatique

La principale exigence pour un spécialiste impliqué dans le traitement de la neuropathie du nerf sciatique est une connaissance claire des mécanismes pathogénétiques et étiologiques de la maladie. Le choix des tactiques de traitement dépend de la gravité de la maladie et du taux de progression du processus pathologique. La thérapie pathogénétique est prescrite pour éliminer l'inflammation du patient et un traitement symptomatique est utilisé pour améliorer la qualité de vie et prolonger la rémission persistante. Au cours de la période de douleur aiguë chez le patient, jusqu'à la disparition de l'inflammation, il est recommandé de limiter l'activité motrice. En cas de syndrome douloureux intense, le repos au lit est recommandé (le lit doit être uni, avec un matelas dur).

Traitement médicamenteux

  1. Pour améliorer la circulation sanguine locale et soulager les signes d'inflammation neurogène, des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens, des agents vasoactifs et des agents antioxydants sont prescrits aux patients. Parmi les AINS, le plus souvent, lornoxic (xefocam) a un effet analgésique et anti-inflammatoire prononcé et une hépatotoxicité minime. Aussi comme médicaments de la thérapie anti-inflammatoire peuvent être utilisés le métindol, le pyrabutol, le diclofénac, le movalis, la flugaline, le naproxène, le salicylate de sodium. Dans la période aiguë de neuropathie du nerf sciatique (avec douleur intense), les corticostéroïdes (dexométhasone ou métipred) sont indiqués.

Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ne doivent pas prendre plus de 14 jours de suite. Ensuite, vous avez besoin d'une pause et, si nécessaire, du remplacement ultérieur du médicament.

  1. Lasix, furosémide, sorbitol, uregit, salurétiques préservant le potassium sont utilisés comme médicaments anti-œdème.
  2. Afin de réduire les spasmes musculaires pathologiques, des myorelaxants sont présentés (mydocalmus, baclofène, Relanium, Phenibut, etc.).
  3. Pour réduire les manifestations du stress antioxydant et améliorer les propriétés rhéologiques du sang, l'utilisation de dérivés de l'acide thioctique, du ginkgo biloba ou de médicaments au mécanisme d'action polyvalent (actovégin, cérébrolysine) est recommandée.
  4. Les stimulants biogéniques (plasmol, aloès, corps vitré), le pyrogène, le lidazu ou le biiyquinol sont utilisés comme agents absorbants.
  5. Pour améliorer la transmission neuronale synoptique, la properine, l'amyridine, la sanguinite, etc. sont prescrits.
  6. En cas d’atrophie musculaire grave, Retabolil est indiqué en association avec des anticholinestérases et de la vitamine E.
  7. En cas de douleur prolongée accompagnée de troubles neurotrophiques et de gangionites caractéristiques, la pahicarpine, la gangleronone ou le benzohexonium sont prescrits. Dans le traitement des syndromes neurovasculaires végétatifs, l'utilisation de médicaments végétotropes (phénazépam, actovégine, platifilline, églonil, bellatamininal, etc.) est recommandée.
  8. Des agents anti-inflammatoires et distrayants sont prescrits comme médicaments thérapeutiques locaux (dimeksil, menovazine, apizatron, vipraskin, afkamon, dogit, etc.).

Traitement non médicamenteux

  1. Procédures de physiothérapie (électrophorèse, courants diadynamiques, myotones, magnétothérapie, traitement au laser, pouls amplifié, darsonval).
  2. Réflexologie.
  3. Thérapie manuelle
  4. Massages Les procédures de massage sont autorisées après l’affaiblissement du processus inflammatoire aigu. Grâce à cette technique, la conductivité du nerf sciatique endommagé est augmentée, la circulation sanguine locale et le flux lymphatique sont normalisés, la douleur est réduite et l'hypotrophie musculaire déjà développée est réduite.
  5. Hydrothérapie. Leçons très utiles dans la piscine. L'eau facilite les mouvements, élimine les spasmes musculaires et réduit la douleur.
  6. Exercice thérapeutique. Les cours de thérapie par l'exercice devraient commencer dans les premiers jours de la maladie, toujours au lit. La charge augmente progressivement avec la reprise de l'activité motrice.

Correction chirurgicale de la radiculopathie

La décompression chirurgicale de la racine nerveuse endommagée est indiquée si les méthodes conservatrices sont inefficaces, si le syndrome douloureux devient chronique et si des troubles graves des organes pelviens sont observés.

Prévenir l'inflammation ou le pincement du nerf sciatique

Afin d'éviter le développement du processus pathologique, il est nécessaire de renforcer régulièrement les muscles du dos qui soutiennent la colonne vertébrale, de surveiller la posture, d'éviter de soulever et de porter des poids, afin de les protéger des courants d'air et de l'hypothermie.


    | 14 juin 2015 | | 1,292 | Neurologie
    Aller
    • | Galina Mikhailovna | 27 juillet 2015

      J'ai bien aimé, mais on a parlé du vélo d'appartement, pouvez-vous le faire ou pas?

    Laissez vos commentaires


    adrien rulf: bonjour, j aimerais vous parler de mon histoire si cela ma aider cela pourrais peux être vous aidez aussi il y a 2 ans lors d un accident de voiture je me suis fais une ernie discale j en ai souffert durant 2 ans kinner opération et malgré tout je ressentais tj des douleurs comme une sorte de pincement dans le milieu du dos je n arrivais pas a rester une journée sens avoir de douleur puis un jour sur un forum je suis tomber sur une femme qui disais que son maris n avais plus de douleur ou du moin très rarement grasse a un tapis d accupression étant un peux septique j en ai parler a mon kiner ki ma parler que effectivement cela pouvais aider a soulage je me suis dis pourquoi pas essayer et après 1 semaine a raison de 15 minutes tout les jour et maintenant 2 j semaine j ai ressentit un réel bien être et une énorme différence le problème n es pas partit mes maintenant je ressent que très peux souvent des douleur 1,2 fois par mois donc pour moi ces un reel soulagement . si quelqu’un est intéresser par ce produit qui moi a littéralement transformer ma vie je vous Lesse le lien vers le site @t car j aurais aimer que a l époque qqun m en parle cela m aurais éviter de nombreuse séance cher le masseur afin de me détendre @t @t

    tony mathy: Safai 10an que je soufre du dos j'ai perdu mon travail on me dit que je dois faire aller avec les douleurs je prends de la mor fine du valtran du contre amal j'ai toujours mal

    Aller
    Aller