Aller Arythmie cardiaque: symptômes, traitement. Quelle est l'arythmie dangereuse

Arythmie cardiaque: symptômes, traitement

Contenu:

Traitement des symptômes de l'arythmie cardiaque L'arythmologie est une des parties les plus difficiles de la cardiologie (une discipline clinique distincte qui traite de la correction de divers troubles du rythme cardiaque). L'arythmie cardiaque est une condition pathologique résultant de problèmes du système de conduction cardiaque assurant la capacité de l'organe à effectuer des contractions rythmiques. Selon les statistiques, il représente environ 15% du nombre total de maladies cardiaques et, souvent, en l’absence de mesures médicales urgentes, il provoque le développement d’une insuffisance cardiaque et peut même entraîner la mort.



Qu'est-ce que l'arythmie?

Les principales fonctions électrophysiologiques du tissu cardiaque comprennent l’automatisme, la conductivité, l’excitabilité, la contractilité et la réfringence. Lorsque des perturbations de conduction (capacité des cellules à conduire des impulsions électriques), excitabilité (capacité du cœur à être excitée sous l’influence d’impulsions) et automatisme (génération automatique de signaux d’impulsion), se produisent fréquence, rythme et séquence correcte des contractions cardiaques, c.-à-d. violé le travail coordonné du corps. En pratique clinique, cet état pathologique qui survient sous l'influence d'un ou de plusieurs facteurs étiologiques est appelé arythmie.


Causes des arythmies

Les troubles du rythme cardiaque ont de nombreuses causes. Ils sont extracardiaques (non cardiaques), cardiaques et idiopathiques.

Facteurs extracardiaques

  • Effort physique excessif
  • Situations stressantes;
  • Intoxication médicamenteuse (perturbation du rythme cardiaque causée par l’influence de médicaments diurétiques, de glucosides cardiaques, de médicaments antiarythmiques et psychotropes, de mimétiques adrénergiques indirects);
  • Intoxication à la nicotine ou à l'alcool;
  • Intoxication à la caféine;
  • Pathologies endocriniennes (hyperthyroïdie);
  • Lésions organiques et fonctionnelles du système nerveux central;
  • Déséquilibre électrolytique (diarrhée, vomissements, déshydratation);
  • Surchauffe ou refroidissement excessif du corps;
  • Dysfonctionnement du système nerveux autonome;
  • Syndrome prémenstruel (SPM);
  • Piqûres d'insectes;
  • Augmentation de la température corporelle;
  • Phéochromocytome (tumeur surrénale);
  • Blessures électriques et mécaniques;
  • Facteurs génétiques (cardiomyopathie héréditaire).

Facteurs cardiaques

  • Insuffisance cardiaque;
  • CHD (cardiopathie ischémique);
  • L'hypertension;
  • Malformations cardiaques congénitales et acquises;
  • Myocardite nature infectieuse et non infectieuse;
  • Intervention chirurgicale et manipulation diagnostique du coeur.
  • Modifications sclérodégénératives liées au vieillissement dans le système de conduction cardiaque et du myocarde (remplacement des cellules musculaires du muscle cardiaque par du tissu fibreux).



Mécanisme de développement de l'arythmie

Le système conducteur du cœur, constitué de cellules spécialisées produisant et conduisant des impulsions électriques, assure le bon fonctionnement de l'organe. Dans le nœud sinusal (le pilote du rythme situé dans la partie supérieure de l'oreillette droite), un signal d'impulsion est généré, déclenchant la contraction du cœur. Ensuite, il se propage vers les oreillettes, puis vers les ventricules, les obligeant à se contracter. Du fait que chaque cardiomyocyte (cellule du système conducteur) a la capacité de générer périodiquement des impulsions électriques, il existe une probabilité de leur prédominance sur les impulsions du stimulateur cardiaque. Dans le même temps, il arrive parfois que chaque impulsion ne provoque pas une contraction du cœur ou qu'un signal d'impulsion ne provoque plusieurs contractions. Toutes ces situations entraînent divers troubles du rythme cardiaque.

Formes cliniques d'arythmie

  1. Tachycardie (ventriculaire et supraventriculaire).
  2. Bradycardie
  3. Extrasystole.
  4. Violation de la conduction intraventriculaire et auriculo-ventriculaire.
  5. Dysfonctionnement du nœud sinusal.

En raison de la nature de l'évolution clinique, les arythmies cardiaques sont persistantes et transitoires, elles peuvent être aiguës et chroniques.

Symptômes de tachyarythmie (tachycardie)

Selon la localisation de la source des troubles du rythme cardiaque, les tachyarythmies sont divisées en ventriculaire et supraventriculaire.

Signes cliniques de fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire, ou fibrillation auriculaire, est le trouble le plus courant, caractérisé par une augmentation du rythme cardiaque à 600 battements par minute. Il peut être permanent, persistant et paroxystique. Les symptômes les plus caractéristiques de la fibrillation auriculaire comprennent les palpitations cardiaques, l’essoufflement, les sensations de malaise ou une douleur lancinante au cœur, une augmentation de la transpiration, des mictions fréquentes et une faiblesse musculaire. Les patients se plaignent d'un sentiment de peur gratuit, on observe souvent un état de panique, des vertiges et des évanouissements.

Symptômes de tachycardie paroxystique

La tachycardie paroxystique est un état pathologique, accompagné de paroxysmes (crises cardiaques) avec une fréquence cardiaque de 140-220 battements par minute. Une perturbation soudaine, en développement et en diminution, de la pulsation cardiaque, caractérisée par un rythme régulier préservé, peut avoir une durée différente (de quelques secondes à plusieurs jours).

En fonction du site de localisation de l'excitation, la tachycardie paroxystique est subdivisée en 3 formes: prépartum, ventriculaire et auriculo-ventriculaire. Les crises d'arythmie s'accompagnent de vertiges, d'engourdissements et de contractions au niveau de la poitrine, de la région du cœur et des acouphènes. Certains patients peuvent présenter des symptômes neurologiques (affaiblissement des mouvements volontaires (hémiparésie), altération de la parole). Les signes caractéristiques de la tachycardie paroxystique comprennent également une légère augmentation de la température corporelle, des nausées, une accumulation de gaz dans l'intestin, une transpiration accrue. Après une crise, le patient développe une polyurie (excrétion d’une grande quantité d’urine de faible densité). Avec une arythmie supraventriculaire à long terme, on observe une chute de la pression artérielle, une faiblesse grave se développe et un évanouissement est possible.

Symptômes de bradycardie sinusale

Ce type d’arythmie est caractérisé par une fréquence cardiaque ne dépassant pas 60 battements par minute. Le plus souvent, la bradycardie se développe sur le fond des lésions organiques du coeur. Une perturbation du rythme cardiaque (fréquence cardiaque inférieure à 40 battements par minute) est accompagnée de faiblesse, sueurs froides et collantes, douleurs au niveau du cœur, vertiges, instabilité de la pression artérielle, perte ou confusion à court terme, troubles de la mémoire et de la concentration, troubles de la vision. Les crises convulsives ( crises de Morgagni-Adems-Stokes) constituent la pathologie la plus dangereuse de la bradycardie et durent environ une minute. En l'absence de soins médicaux opportuns, une crise peut être retardée et entraîner l'arrêt de la respiration.

Symptômes d'extrasystole

L'extrasystole est un trouble du rythme cardiaque caractérisé par la survenue d'une ou de plusieurs contractions extraordinaires du muscle cardiaque. Les symptômes les plus caractéristiques de la maladie comprennent des battements de coeur sévères, un arrêt à court terme et la secousse tangible ultérieure. Les patients se plaignent souvent de douleurs à la poitrine, de manque d'air, de peur et d'anxiété sans cause, de transpiration accrue. En fonction de la localisation du foyer d'excitation, les perturbations du rythme cardiaque extrasystolique sont auriculaires, ventriculaires et auriculo-ventriculaires (auriculo-ventriculaires).

Diagnostic des arythmies

La première étape du diagnostic des arythmies cardiaques comprend la prise de l'anamnèse et un examen physique du patient.

Les méthodes de diagnostic instrumentales comprennent les méthodes de recherche non invasives et invasives. Le patient est assigné:

  • ECG (électrocardiographie) du coeur;
  • Surveillance Holter (ECG, réalisée pendant la journée ou plusieurs jours);
  • échocardiographie;
  • Échographie;
  • étude électrophysiologique transoesophagienne (CPEPI) du coeur;
  • étude électrophysiologique intracardiaque (VEI);
  • Échographie de la glande thyroïde;
  • test avec activité physique (sous le contrôle de l'ECG, de la tension artérielle, du pouls et du bien-être général du patient);
  • numération globulaire complète;
  • test sanguin pour INR (rapport normalisé international);
  • test sanguin biochimique

Traitement de l'arythmie

Le choix de la tactique de traitement dépend de la cause, du type de trouble du rythme cardiaque et de l'état général du patient. Parfois, pour rétablir une fonction cardiaque normale, il suffit de procéder à une correction médicale de la maladie sous-jacente. Dans d'autres cas, le patient peut nécessiter un traitement médical ou chirurgical, qui doit obligatoirement être réalisé sous le contrôle systématique d'un ECG.

Traitement médicamenteux des arythmies

À ce jour, les médicaments antiarythmiques sont utilisés en pratique clinique. Selon leur mécanisme d’action, ils sont répartis en 4 classes:

  1. Médicaments stabilisant la membrane (bloqueurs des canaux sodiques).
  2. β-bloquants (médicaments qui réduisent la force et la fréquence cardiaque).
  3. Inhibiteurs des canaux potassiques (antagonistes du potassium).
  4. Inhibiteurs des canaux calciques (antagonistes du calcium).

Les patients souffrant de pathologies cardiovasculaires chroniques (maladie coronarienne, insuffisance cardiaque chronique, hypertension artérielle), en plus des antiarythmiques, des inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine sont recommandés, ainsi que des statines, des diurétiques, des antihypertenseurs, des médicaments d'association, etc.

Traitements chirurgicaux

  1. EX (stimulation cardiaque).
  2. Implantation d’un défibrillateur automatique.
  3. Ablation par radiofréquence (cathéter).

Prévention des arythmies

Afin de prévenir le développement de troubles du rythme cardiaque, il est nécessaire de respecter scrupuleusement toutes les recommandations médicales concernant le traitement de la maladie sous-jacente (hypertension, thyréotoxicose, maladie coronarienne, cardiosclérose athéroscléreuse, malformations cardiaques congénitales et acquises, sténose mitrale, etc.).

Afin de prévenir la fibrillation auriculaire, il est conseillé aux patients d’équilibrer leur régime alimentaire, d’abandonner le café fort, le thé et les spiritueux. Une activité physique modérée, la possibilité de marcher au grand air, d'abandonner les mauvaises habitudes, de retrouver la paix intérieure (prendre des sédatifs, de s'entraîner de manière autonome), de maintenir son poids dans un état stable, de surveiller en permanence la glycémie et le cholestérol constituent un facteur important de prévention et d'inhibition du développement de la maladie. , repos complet et sommeil.


    | 11 juin 2015 | | 3,365 | Cardiologie
    Aller
    • | lyudmila | 25 août 2015

      Lors de la prise du médicament, l’étatsizin apparaît dans le corps lors d’une arythmie, la crise est interrompue pendant 1 à 2 minutes, et vous tombez, une douleur très vive à la tête, puis tout est normal et l’arythmie se calme. Pour une raison quelconque, le médecin n’annule pas le médicament. Que dois-je faire?

    Laissez vos commentaires


    *Poke Star21* LPS: Moi j en ai une et j ai que 10 ans 😷😧 !!! Avec en plus des crises d angoisse 😭😭😭 Sa fait maintenant une semaine ou deux =((( !

    yaye fall fall: Jai un coeur ki bat vraiment fort et sa me fait vraiment peur sirtt la nuit je le fait fort er le medecin ma dit que jai la tyroide

    Aller
    Aller