Aller Cancer de la peau: une photo du stade initial, des premiers signes et symptômes, du traitement. À quoi ressemble le cancer de la peau sur la photo?
médecine en ligne

Cancer de la peau: symptômes, traitement

Contenu:

Le cancer de la peau est une autre confirmation du fait que le facteur déterminant du développement du cancer chez l’homme est l’influence agressive de facteurs externes.

En tant que «combinaison spatiale externe», notre peau réagit d’abord aux effets désagréables de l’environnement et atténue les éventuels effets négatifs sur le corps par le biais de processus inflammatoires et sclérotiques. Lorsque l'épuisement des mécanismes compensatoires se produit sur l'un des sites de défense, la croissance incontrôlée et rampante de cellules tumorales immatures de tissus précédemment normaux commence, avec une tendance à se dilater et à détruire les organes environnants.

Ce sont les maladies oncologiques de la peau et de ses annexes qui font qu'une personne moyenne est plus susceptible de tomber malade que les tumeurs avec localisation dans d'autres organes. La preuve en est que plus de la moitié des personnes âgées de soixante-dix ans au moins avaient une variante histologique du cancer de la peau.

Et les sources à partir desquelles une tumeur maligne de la peau peut se former suffisent amplement.

La peau est constituée de l'épiderme et de ses appendices.

L'épiderme est représenté par un épithélium kératinisant plat et multicouche situé sur la membrane basale, le limitant des tissus sous-jacents.

Le tissu adipeux sous-cutané en vrac, situé sous l'épiderme et ne faisant pas référence à la peau, est une sorte "d'amortisseur tampon" entre le tégument externe et les organes internes.

L'examen microscopique de l'épithélium peut être divisé en couches suivantes:

  • basal (inférieur);
  • piquant (malpighien);
  • granulaire;
  • cornée (externe).

Dans la couche basale de l'épiderme, la mélanine, un pigment qui détermine la couleur de la peau, est présente en quantités variables. Près de la membrane basale, de part et d'autre de celle-ci, se trouvent des mélanocytes qui produisent de la mélanine. Ici, près de la membrane, se trouvent les appendices de la peau, qui comprennent les glandes sudoripares et sébacées, les follicules pileux.

L’identité tissulaire des tumeurs cutanées est la suivante:

  1. Basaliome. Se développe à partir des cellules de la couche basale d'épithélium squameux stratifié.
  2. Carcinome épidermoïde (ou carcinome épidermoïde). Sa source est les autres couches de l'épiderme.
  3. Mélanome. Une tumeur de mélanocytes, produite sous l'influence du rayonnement solaire, le pigment mélanine. Une tension excessive des mélanocytes conduit au développement de ce type de cancer de la peau.
  4. Adénocarcinomes. Tumeurs glandulaires de l'épithélium sécréteur des glandes sudoripares et sébacées.
  5. Parmi les éléments du follicule pileux (en règle générale, formes squameuses).
  6. Tumeurs mixtes. Avoir en soi plusieurs sources de tissus.
  7. Tumeurs métastatiques. Métastases des cancers des organes internes à la peau par la fréquence d'occurrence: poumons, larynx, estomac, pancréas, gros intestin, reins, vessie, utérus, ovaires, prostate, testicule.

Auparavant, certaines classifications attribuaient des tumeurs des tissus mous aux cancers de la peau par leur localisation superficielle et leurs manifestations (dermatosarcome de la peau, léiomyosarcome de la peau, angiosarcome, sarcome multiple de Kaposi, etc.). Sans aucun doute, il ne faut pas les oublier lors du diagnostic différentiel.



Causes et facteurs prédisposants

  1. Exposition excessive au rayonnement ultraviolet et au rayonnement solaire. Cela inclut également les visites fréquentes dans les salons de bronzage. Ce facteur est particulièrement important pour les personnes à la peau et aux cheveux clairs (type scandinave).
  2. Professions avec un long séjour à l'air libre, dans lesquelles des zones de peau nues sont exposées aux effets polyfactifs agressifs des phénomènes environnementaux (insolation solaire, températures extrêmes, vent de mer (salé), rayonnements ionisants).
  3. Cancérogènes chimiques, principalement associés aux carburants organiques (suie, mazout, pétrole, essence, arsenic, goudron de houille, etc.).
  4. Effets thermiques à long terme sur certaines zones de la peau. A titre d'exemple, le soi-disant "cancer de Kangri", courant parmi la population des régions montagneuses de l'Inde et du Népal. Il se produit sur la peau de l'abdomen, dans les zones de contact avec les pots chauds, qu'ils portent pour les réchauffer.
  5. Affections cutanées précancéreuses:

- obliger (dans tous les cas se transformer en cancer);

- facultatif (lorsque le risque est suffisamment élevé, le passage au cancer n'est pas nécessaire).

La maladie obligatoire comprend la maladie de Paget, Bowen, l’érythroplasie de Keir et le pigment xérodermique.

Les maladies de Paget, de Bowen et de l'érythroplasie de Keir ressemblent à l'extérieur: des poches floconneuses brun-rouge de forme ovale irrégulière avec une élévation semblable à une plaque. Ils surviennent dans toutes les parties de la peau. Cependant, la maladie de Paget est plus souvent localisée dans la région péripapillaire et sur la peau des organes génitaux. Leur principale différenciation a lieu lors de l'examen histologique, après une biopsie.

Xeroderma pigmentosa est une maladie génétiquement déterminée qui se manifeste dès l'enfance par une réaction accrue au rayonnement solaire. Sous son influence, les patients développent de graves brûlures et une dermatite, alternant avec des foyers d'hyperkératose avec une atrophie ultérieure de la peau et le développement d'un cancer.

Les affections cutanées précancéreuses facultatives comprennent les affections chroniques, résistantes au traitement, les dermatites d'étiologies variées (chimique, allergique, auto-immune, etc.); kératoacanthome et dyskératose sénile; ulcères trophiques non curatifs; modifications cicatricielles après des brûlures et des manifestations cutanées de maladies telles que la syphilis , le lupus érythémateux disséminé ; La mélanose de Dubreuil; pigment naevus melanopaque (naevus pigmentaire complexe, naevus bleus, naevus géant, naevus Ota); sujettes à des affections cutanées bénignes permanentes (papillomes, verrues, athéromes, taches de naissance); corne cutanée.

  1. Usage du tabac et des habitudes tabagiques (cancer de la lèvre inférieure chez les fumeurs de cigarettes sans filtre).
  2. Exposition par contact à des méthodes agressives de traitement de maladies oncologiques préexistantes d'autres sites (radiothérapie de contact et chimiothérapie).
  3. Immunité globale réduite sous l’influence de divers facteurs. Par exemple - une histoire du sida. Cela inclut également la prise d'immunosuppresseurs et de glucocorticoïdes dans le traitement des maladies auto-immunes et après une greffe d'organe. Le même effet a chimiothérapie systémique dans le traitement des maladies oncologiques d'autres sites.
  4. Âge supérieur à 50 ans.
  5. La présence de cancer de la peau chez des parents proches.
  6. Certaines études ont noté l’effet des troubles dyshormonaux et les caractéristiques du statut hormonal humain sur le développement du cancer de la peau. Ainsi, le fait de malignité fréquente (transition au cancer) de naevus pigmentés mélano-dangereux chez les femmes enceintes a été noté.
  7. Caractéristiques sexuelles: les mélanomes sont plus fréquents chez les femmes.


Symptômes du cancer de la peau

Une caractéristique importante de la clinique des tumeurs malignes de la peau peut être considérée comme la possibilité théorique de détecter cette maladie aux stades précoces. Les signes avant-coureurs, qui attirent tout d’abord l’attention, sont l’apparition sur la peau d’éléments cutanés importants et de changements d’apparence, accompagnés de démangeaisons ou de douleurs simultanées, de cicatrices, de papillomes, de taupes et d’ulcères trophiques.

L'apparition de nouveaux éléments de l'éruption, contrairement aux manifestations cutanées de maladies infectieuses, allergiques et systémiques, ne s'accompagne d'aucune modification de l'état général du patient.

Signes communs à prêter attention!

  1. Assombrissement avant la zone de peau normale avec une tendance à augmenter.
  2. Ulcération à cicatrisation longue avec écoulement sanguinolent ou juste une surface humide.
  3. Compaction de la peau avec son élévation au-dessus de la surface totale, changement de couleur, brillance.
  4. Des démangeaisons, des rougeurs et un épaississement autour de la zone concernée s'ajoutent à ces symptômes.

Différentes formes histologiques de cancer ont leurs propres manifestations cliniques.

Cancer épidermique de la peau

  1. Identifié dans 10% des cas.
  2. Sa forme hautement différenciée se développe très lentement à partir des premières manifestations jusqu'aux stades extrêmes - ce qui la rend pronostique favorable en termes de diagnostic et de traitement. Cependant, il existe également des formes à très faible différenciation histologique, dont le déroulement peut être très agressif.
  3. Son apparition est généralement précédée de précancers éventuels (dermatite, ulcères trophiques d'origines diverses, cicatrices).
  4. Le plus souvent, il a l'apparence d'une plaque squameuse rouge avec une frontière claire des tissus environnants. Il est facilement blessé, après quoi il ne guérit pas, mais a une surface humide ulcérée, couverte ou non recouverte d'écailles. Les défauts ulcératifs de la peau ont une odeur désagréable toujours forte et constante.
  5. Une spécificité, caractéristique pour lui, la localisation, le cancer épidermoïde n'a pas. Se développe le plus souvent sur les membres, le visage.
  6. La localisation du carcinome épidermoïde de la peau sans signe de kératinisation (formation d'écailles) sur la tête du pénis est appelée maladie de Keir.
  7. L'apparition de douleurs persistantes et imparables dans la zone des manifestations cutanées du cancer de la peau est un signe de germination dans les tissus profonds, de décomposition et d'attachement à une infection secondaire.
  8. Les métastases hématogènes aux organes distants ne sont pas caractéristiques, elles ne sont détectées que dans des cas isolés et gravement négligés.
  9. La présence de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux situés à l'emplacement de la tumeur sur le visage est plus courante que lorsque la tumeur est située sur les membres, le torse et le cuir chevelu. Les ganglions lymphatiques régionaux augmentent d’abord en taille, restant mobiles et indolores. Plus tard, ils sont fixés à la peau, ils deviennent très douloureux, cela vient d'une carie avec ulcération de la peau en projection.
  10. La tumeur répond bien à l’apparition de la radiothérapie.

Carcinome basocellulaire (carcinome basocellulaire)

  1. Cancer initial de la peau Apparaît à l'âge de 60 ans.
  2. Parfois combiné avec des tumeurs d'autres organes internes.
  3. Il survient dans 70 à 76% des cancers de la peau.
  4. La localisation caractéristique est des parties ouvertes du corps. Le plus souvent sur le visage (sur un côté du pont nasal, des sourcils, des bords extérieurs des ailes du nez, de la tempe, des ailes du nez, de la lèvre supérieure et du pli nasolabial). Le basaliome est également souvent détecté sur le cou et les oreillettes.
  5. Apparaît initialement sous forme de formation simple, plate (atteignant en moyenne 2 cm de diamètre) ou drainante (de plusieurs petites, jusqu'à 2 à 3 mm. Éléments noueux), avec une riche couleur rose foncé et un éclat nacré. La tumeur se développe très lentement. La propagation du carcinome basocellulaire à d'autres parties du corps, en dehors du foyer principal, est observée dans de très rares cas. Contrairement aux autres formes de cancer de la peau, la surface du carcinome basocellulaire reste intacte pendant assez longtemps, jusqu'à plusieurs mois.
  6. Au fil du temps, la plaque ulcère et prend l’apparence d’un ulcère qui se propage à la surface de la peau, avec des bords relevés caractéristiques sous la forme d’un arbre épaissi. Le fond de l'ulcère est partiellement recouvert d'une croûte sèche. Les zones non ulcéreuses conservent leur éclat blanchâtre.
  7. Le fond du défaut ulcératif s’approfondit et s’agrandit progressivement, s’infiltrant dans les tissus profonds et détruisant les muscles et les os se trouvant sur son passage. Les défauts peuvent, avec le temps, occuper de grandes surfaces de peau et s’étendre en largeur. Les métastases de basaliomes ne sont pas observées.
  8. Lorsqu'elle est localisée sur le visage ou les oreillettes, la tumeur est dangereuse en raison de la possibilité de germination dans la cavité nasale, dans le globe oculaire, la structure osseuse de l'oreille interne jusqu'au cerveau.

Les types de carcinomes basocellulaires suivants sont distingués:

  • adénoïde;
  • hyalinisé;
  • par voie cutanée;
  • kystique;
  • pedzhetoidnaya;
  • multicentrique;
  • kératinisation;
  • pigment (acquiert une couleur brun-noir ou même bleu-noir semblable au mélanome dans les stades ultérieurs, en raison du pigment sanguin, l'hémosidérine, au fond du défaut ulcéreux);
  • maille;
  • trabéculaire;
  • ulcération nodulaire;
  • kératinisant

Adénocarcinome de la peau

  1. Cette forme très rare de cancer survient aux endroits les plus abondants dans les glandes sébacées et sudoripares: dans les plis sous les glandes mammaires, dans l'aine, sous les aisselles.
  2. Dans ces zones, un seul nœud, dépassant la surface, fait apparaître un petit nœud de plusieurs millimètres de couleur bleu violacé. Le noeud a une croissance très lente. Dans de rares cas, la tumeur atteint une taille importante (jusqu'à 8-10 cm). De plus, il se développe très rarement dans les muscles profonds, les espaces intermusculaires et les métastases.
  3. Les principales plaintes sont associées à la douleur de la tumeur lors d'une ulcération et à l'apparition d'une infection secondaire.
  4. Après l'ablation chirurgicale, une récidive est possible au même endroit.

Mélanome

  1. Photos du stade initial du cancer de la peau Diagnostiqué dans 15% des cas de cancer de la peau, dans 2 à 3% des cas de tumeurs malignes d'autres organes et systèmes, ce qui indique sa rareté.
  2. La plupart des cas (environ 90%) sont des femmes.
  3. La localisation par ordre décroissant de prédilection est le visage, la surface antérieure du thorax, les membres. Chez l'homme, on le trouve souvent sur la surface plantaire des pieds, les orteils des pieds. Les localisations rares qui, néanmoins, se rencontrent: palmiers; lits à ongles; conjonctive de l'oeil; muqueuses de la bouche, de la région anale, du rectum, du vagin.
  4. Il y a un changement dans la couleur du grain de beauté existant (naevus) dans une couleur rouge vif ou inversement, une décoloration avec différentes nuances de gris.
  5. Les bords de la tache de naissance deviennent inégaux, asymétriques, flous ou vice-versa, en dents de scie.
  6. Le changement dans la cohérence à court terme (œdème, compactage) et l’aspect de la surface (brillance brillante) de la taupe existante.
  7. L'apparition de douleurs et de démangeaisons dans la zone des taches de naissance.
  8. Une augmentation de la taille de la tache de naissance avec l'apparition d'un écoulement aqueux.
  9. La disparition des cheveux des taupes.
  10. L'apparence à côté d'un grain de beauté qui a changé de couleur et de taille, dans les zones voisines de la peau, de multiples taches pigmentaires avec ulcération maternelle, saignements et démangeaisons. Cet aspect est caractéristique du mélanome aux stades avancés.
  11. L'apparence, peinte dans les tons rouge-brun, des taches inégales, ressemblant à une tache de naissance, sur les zones de la peau déjà propre.
  12. Les taches qui apparaissent peuvent inclure des inclusions en pointillés noires, blanches ou bleuâtres.
  13. Parfois, la formation apparue peut prendre la forme d'un nœud bombé noir.
  14. La taille de la tumeur est en moyenne d'environ 6 mm.
  15. Immédiatement après l'apparition de la tumeur, la tumeur se développe activement et peut presque instantanément se développer dans les parties profondes du tissu sous-cutané.
  16. Les métastases sont multiples, ponctuelles, lymphogènes et la circulation sanguine. Les métastases se trouvent dans les os, les méninges, le foie, les poumons et le cerveau. Dans les foyers de dépistage presque immédiatement et à grande vitesse, le tissu tumoral commence à se développer, corrodant le tissu de l’organe qui l’a «abrité» et se propageant à nouveau plus loin le long des vaisseaux lymphatiques et sanguins. Il est impossible de prédire les trajectoires des métastases et le nombre d'organes affectés par des métastases distantes.

Aux stades avancés du mélanome, les signes d'intoxication générale et la manifestation de métastases sont prioritaires:

  • hypertrophie des ganglions lymphatiques, en particulier au niveau des aisselles ou de l'aine;
  • compactage sous la peau avec sa pigmentation excessive ou sa décoloration;
  • perte de poids inexpliquée;
  • gris foncé toutes les peaux (mélanose);
  • paroxystique, intraitable, toux;
  • maux de tête;
  • perte de conscience avec le développement des crises.
C'est important!

Vous devez savoir que l'apparition de naevus bénins ou, comme on les appelle, les taches de naissance, les taupes - s'arrête après la puberté. Chaque nouveau type d'éducation similaire apparu sur la peau à l'âge adulte requiert une attention particulière!



Diagnostic du cancer de la peau

  1. Identification dans la peau des tumeurs, auparavant non marquées, ou changement d'aspect, de texture et de taille précédemment disponibles. Pour ce faire, toute la surface de la peau est examinée et palpée, y compris les emplacements des cavités et des plis naturels, la zone des organes génitaux externes, la zone périanale et le cuir chevelu.
  2. Microscopie d'épiluminescence d'une zone de peau modifiée à l'aide d'un instrument optique d'un dermatoscope et d'un milieu d'immersion.
  3. Détermination de l'état de l'inspection et de la palpation disponibles de tous les ganglions lymphatiques superficiels.
  4. Prendre des empreintes de frottis en présence de surfaces ulcérées de formations ressemblant à des tumeurs pour un examen cytologique.
  5. Pour le diagnostic du mélanome, les méthodes radio-isotopiques sont également utilisées à l'aide de phosphore (P32), qui s'y accumule 2 à 7 fois plus intensément qu'une zone cutanée similaire de l'autre côté du corps.
  6. Les données thermographiques peuvent indiquer la présence d'un mélanome, selon lequel, dans une tumeur, la température dépasse les tissus environnants de 2 à 4 ° C.
  7. En tant que méthode alternative pour le diagnostic du mélanome à un stade précoce, de nombreux pays utilisent déjà des chiens spécialement entraînés, qui détectent la malignité avant les changements visuels de la peau.
  8. Aspiration biopsie à l'aiguille fine des ganglions lymphatiques élargis avec un test cytologique ou une ponction pour examen histologique.
  9. Examen aux rayons X des organes de la poitrine pour détecter la présence de métastases.
  10. Diagnostic échographique des ganglions lymphatiques régionaux et des organes abdominaux.
  11. КТ или МРТ тазовых органов при увеличении лифмоузлов пахово-подвздошной группы.
  12. Для определения отдаленных метастазов, при наличии изменений со стороны внутренних органов, дополнительно проводится остеосцинтиграфия (на наличие метастазов в костях), КТ или МРТ головного мозга.
  13. Дополнительно производят ряд лабораторных исследований: серологическую реакцию на сифилис; общие анализы крови и мочи; биохимическое исследование крови (для определения степени функционального напряжения почек и печени).
  14. Исключается метастазирование аденокарцином из внутренних органов.

Лечение рака кожи

Большинство опухолей и опухолевидных образований кожи – доброкачественные процессы. Их лечение ограничивается механическим удалением с обязательной последующей отправкой на гистологическое исследование. Подобные операции проводят на поликлиническом этапе.

Malheureusement, les nouvelles techniques chirurgicales (électrocoagulation, par exemple) utilisées pour retirer une éducation sans examen cytologique préalable ne permettent pas toujours d'examiner avec précision le matériel retiré. Cela entraîne un risque important de "perdre" le patient de la vue jusqu'au moment où il réapparaît ou des signes de métastases généralisées d'une pathologie cutanée maligne jusque-là non diagnostiquée.

Si la question de la présence d'un mélanome n'est pas soulevée, le traitement de tout cancer de la peau diagnostiqué est standard - élimination.

Caractéristiques de fonctionnement:

  1. La taille de la tumeur est inférieure à 2 cm, elle est découpée à 2 cm de son bord, sur les côtés et à l’intérieur des terres, avec une partie du tissu sous-cutané et du fascia musculaire à proximité.
  2. Si la tumeur dépasse 2 cm, mais en plus de cela, la cicatrice postopératoire et les 3 à 5 cm de tissu environnants sont irradiés avec les ganglions lymphatiques régionaux les plus proches.
  3. En cas de détection de métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux, une dissection des ganglions lymphatiques est ajoutée aux manipulations chirurgicales décrites. Bien entendu, le programme de traitement dans la période postopératoire inclut le rayonnement avec l’extension de la zone et avec une certaine dose de traitement.
  4. Si, à la suite de recherches, des métastases à distance ont été identifiées, le traitement devient complexe: une chimiothérapie est ajoutée aux méthodes décrites. Dans ce cas, la séquence des méthodes, le volume de l'intervention chirurgicale, le nombre de cycles d'irradiation et l'administration de cytostatiques sont déterminés individuellement.

Le pronostic de survie à cinq ans pour les patients atteints d'un cancer de la peau est le suivant:

  • au début du traitement aux stades I-II, le taux de survie est de 80-100%;
  • si, lors du diagnostic, des métastases dans les ganglions lymphatiques régionaux sont détectées lors d'une invasion tumorale, les tissus et organes sous-jacents survivent à environ 25%.

Traitement du mélanome

La principale méthode de traitement est l'ablation chirurgicale de la tumeur avec une combinaison de radiothérapie et de chimiothérapie en présence de dépistages.

Dans un premier temps, l'anesthésie locale permet d'éliminer les lésions pigmentaires ne présentant pas de signes de malignité, avec la condition obligatoire d'anesthésie "distante" (l'aiguille et l'anesthésique injectés ne doivent pas affecter les parties superficielles et profondes de la peau lors de la projection de l'objet à retirer).

En cas de mélanome diagnostiqué, l'opération est réalisée sous anesthésie générale dans un hôpital oncologique. Une des conditions obligatoires pour l'ablation de la tumeur devrait être la possibilité d'un examen histologique peropératoire afin de clarifier le degré de germination et le montant des autres avantages opérationnels.

Les frontières des tissus non modifiés visuellement, dans lesquels le mélanome est enlevé, pas moins de:

in situ 0,5 cm
1,0 mm 1,0 cm
1,01 - 2 mm 1-2 cm
plus de 2 mm 2 cm

Si la tumeur a déjà de grandes tailles et une surface ulcérée, alors l'excision a lieu à au moins trois centimètres du bord dans la direction du groupe des ganglions lymphatiques régionaux et à au moins 5 cm dans la direction de ceux-ci. Le retrait a lieu simultanément, une seule zone avec un tissu sous-cutané et un fascia sous-jacent.

Si la tumeur est située sur les phalanges des extrémités, les doigts sont amputés.

Lorsque la tumeur est située dans les tiers supérieurs de l'auricule, elle est entièrement retirée.

L'enlèvement des ganglions lymphatiques régionaux affectés se produit simultanément à l'enlèvement de la tumeur.

Pour éliminer les défauts de la peau résultant de l'opération, utilisez des éléments de chirurgie plastique pour les éliminer.

Tactique générale de traitement en fonction des stades de la maladie

Stade I et II (pT1-4 N0 M0) Ablation de la tumeur par plastie simple ou ultérieure.
Stade III (tout pT N1–3 M0)
  1. Élimination du mélanome (y compris les dépistages des filles et les métastases des ganglions lymphatiques du côté opposé).
  2. Dissection régionale des ganglions lymphatiques.
  3. Rayonnement local postopératoire du collecteur lymphatique SOD 60 Gy.
  4. Chimiothérapie par injection régionale pour la détection de métastases multiples (N2c) sur les membres.
Stade IV (tout pT tout N M1)
  1. Si l'intoxication générale n'est pas exprimée, le volume du traitement complexe est strictement individuel.
  2. La phase terminale de la maladie permet malheureusement l’utilisation de nouvelles méthodes expérimentales de traitement, donnant au patient une chance de prolonger la vie, comme la chimio-immunothérapie dans des conditions normales ou variables (hyperthermie, hyperglycémie, etc.).
  3. La radiothérapie palliative est autorisée.
  4. Les interventions chirurgicales sont auxiliaires.

Prévision de survie à cinq ans des patients atteints de mélanome:

  • Stade I - 97-99%
  • Stade II - 81-85%
  • Stade III - 54-60%
  • Stade IV - 14-19%

Prévision de survie à dix ans des patients atteints de mélanome:

  • Stade I - 94-95%
  • Étape II - 65-67%
  • Stade III - 44-46%
  • Stade IV - 10-15%

Prévention du cancer de la peau :

  1. Élimination des facteurs dommageables.
  2. Auto-examen régulier des formations pigmentaires.
  3. Un appel urgent d'assistance médicale en cas de troubles de l'éruption cutanée.

    | 2 mai 2015 | | 8 456 | Non classé
    Aller
    Laissez vos commentaires


    midnightthinker: I was diagnosed with this disease when I was 15. It attacks my blood makes me have the symptoms same as Leukemia. Doctors suspects it was leukemia at first tho because the symptoms was really same as leukemia. And my platelet count was down to 3 and the normal count is 150. I was nearly died. I have Thrombocytopenia and Anemia. Stayed 3 months in the Pediatric ICU and transfused almost 40 bags of blood and platelets. THANK GOD I survived but I'm still undergoing Pulse Therapy every 3 months. I'm 16 now btw so it's been a year. Plenty of medicines everyday but atleast I'm alive!

    Don't Forget Annie Denarii I: hey buddy - it is totally irresponsible not to mention that if any of the above is linked to KICK OFF by ANTIBIOTICS (or other medication) then IT IS NOT LUPUS!!!! For instance, CEFTRIAXONE OR DOXYCYCLINE OR FLAGYL can HARM YOUR LIVER/KIDNEY (liver injury causes SUNLIGHT allergy and ITCHY RASHES). These antibiotics will also DESTROY BLOOD CELLS (hemolytic anemia). If you get liver injury from drugs, and you know you were fine and NOT allergic to SUNLIGHT prior to these drugs, it is a sign your liver/kidney has been injured by the DRUGS and your body is no longer filtering your blood well - THIS CAUSES LIGHT ALLERGY (flu-like systems, skin rashes after exposure to sunlight/florescent lights). KIDNEY injury by these drugs causes EDEMA (you might gain 10lbs in a couple of weeks means your kidney isn't regulating body fluids well). The drug induced BLOOD CELL DESTRUCTION will cause your immune system to FLARE because it doesn't understand all the blood cell debris (bits and parts of exploded blood cells). This ISN'T YOUR BODY ACTING CRAZY its a drug reaction and your body is designed to attack invaders/debris in the blood. If you have experienced HEMOLYTIC ANEMIA from drug induced blood cell destruction, you will have severe brain fog and fatigue and much more. MOST IMPORTANTLY all blood labs will be TAINTED by the drug induced blood cell destruction and considered CONTAMINATED SAMPLES and POSITIVE RESULTS ARE NOW ALL FALSE POSITIVES - it will take MONTHS for your weakened LIVER AND KIDNEYS to clean up your blood AND ALL BLOOD LABS IN THAT TIME MUST BE DISCARDED DUE TO CONTAMINATION. A lupus DIAGNOSIS cannot be made from this CONTAMINATED BLOOD. Check out Mayo Clinic and Quest Diagnostics about hemolytic anemia tainted blood samples. IF SOMEONE TELLS YOU THAT YOU HAVE LUPUS if your history looks like this - THEY ARE WRONG. A doctor MUST review your health records completely to be sure there is NO OTHER REASON FOR THESE SYMPTOMS INCLUDING EXPOSURE TO DRUGS THAT CAN CAUSE HEMOLYTIC ANEMIA AND ORGAN DAMAGE. The major problem with not properly screening out drug induced "lupus-like" symptoms is that IF YOU ARE DIAGNOSED WITH LUPUS you will end up on FOREVER DRUGS that ALSO harm your LIVER, KIDNEY, HEART, MUCOSAL LININGS - so what are you gonna trust? your body that MIGHT attack itself for NO REASON (?!?!?) or FOREVER DRUGS that, if you read their labels, GUARANTEE TO INJURE YOUR HEART, LIVER, KIDNEY AND MUSCOSAL LININGS at some point. so trust YOUR BODY or trust a bunch of CHEMICALS ingested daily? Seriously folks, read up on LIVER injury from drugs - liver injury makes it hard to function in the world because you cannot be exposed to the SUN without getting ill - how ya gonna walk from the car into the grocery store? If you have to STAY OUT OF THE SUN ALL THE TIME - then you will surely develop FIBROMYALGIA because LACK OF VITAMIN D CAUSES FIBROMYALGIA?!?! A human body needs sunlight - SUNLIGHT isn't a poison - but drugs can be. If you start taking one drug then you end up on 3 or 4 and it is a nightmare - read the chat rooms where current LUPUS patients who are stuck in the house chat about combinations of drugs trying to balance the chemicals because they feel horrible and can't get back to health. it's very sad. they seem to be cut adrift with no real medical leadership helping them get the exact right mix of chemicals and imprisoned in the house - horrifying for young people. I AM VERY UPSET THAT THIS VIDEO PRETENDS TO BE SO SCIENTIFIC AND FAILS TO PROTECT PATIENTS FROM FALSE DIAGNOSIS AND UNNECCESSARY FOREVER DRUGS - A FALSE POSITIVE "LUPUS" DIAGNOSIS IS A DEATH SENTENCE IF YOU ARE PLACED ON FOREVER DRUGS TO STOP YOUR BODY FROM ATTACKING ITSELF " FOR NO REASON" - and doctors that say "we don't know what causes lupus" READ THE ABOVE FOR PETE SAKE - THIS ISN'T BRAIN SURGERY. When you understand the above, it makes sense why WOMEN during childbearing years are diagnosed with "lupus" 3 x more than men. Because women are often put on antibiotics for minor and not so minor female conditions - antibiotics can kick off a lot of hell for women so DO NOT TAKE ANTIBIOTICS CAUSUALLY.

    jani rk: This is glorious, I been tryin to find out about "lupus medication" for a while now, and I think this has helped. You ever tried - Denmelia Jansabella Builder - (do a search on google )? It is a great exclusive product for discovering how to treat lupus without the hard work. Ive heard some incredible things about it and my partner got great success with it.

    Deanna Merasty: I’m only 13 and I understand lupus, but this made me understand more, I’m diagnosed with lupus, when I was in grade four, so this is rare for kids to get. Btw the rash you get as like a butterfly effect and can be on ur arms or back, witch has happened to me two years ago. Any way thank you for this I understand more about what I’ve been diagnosed with.

    Ahmed AbdSam: Thanks I want to explain more for those who are interested. SLE 1) pathophysiology : defect in apoptosis + failure of immune system to stop or control B&T cells 👉🏽👉🏽 lead to A-Ab formation with type 2&3 (haemolytic anaemia is type 2) 👉🏽👉🏽 complement & neutrophilic activation 👉🏽👉🏽 ILs releasing 👉🏽👉🏽 systemic response . 2) CF : — general : fever is common and is fluctuate with severity of the dz . Malaise & wt loss are common . — musculoskeletal: arthralgia is common (just tenderness with normal examination) but arthritis could be present , myalgia is common but true myositis is rare (elevated S creatine & S troponin & S myoglobulin + AST) . Note : should be differentiated from dermatomyositis DM . — skin : butterfly rash that cross nasal bridge , Raynaud’s syndrome, livedo reticularis , fingertip purpura , patchy hairloss that may be scarring alopecia with irreversible hairloss , Cushinoid face ,pigmentation (steroid therapy) , carbuncle — lung : pleurisy & pleural effusion are the commonest , pneumonitis & PF can occur , shrinkage lung syndrome Cardio : HT (rx) , pulm edema (HF) , IHD (vasculitis & APL) , pericarditis & pericardial effusion , libman sacks endocarditis — kidney : nephritic (HT ; oliguria , haematuria , edema , CKD) , nephrotic (edema , hypoalbuminaemia , hyperlipidaemia [use atorvastatin can cause rhabdomyolysis that lead to myoglobinuria that is misdiagnosed as haematuria] , lipiduria (frothy urine) , CKD) , HT , shrinkage kidney syndrome , renal vein thrombosis — liver : associated autoimmune hepatitis (jaundice , pruritis , elevated direct bilirubin , hepatomegaly , liver cirrhosis) , gallbladder stone (2ndry to HGM reductase inhibitors) , hepatomegaly (Budd Chiari syndrome) , hepatitis (immunocompromised) — intestine : mesentric ischaemia (vasculitis , APL) — CNS : TIA(APL. HT , sterile endocarditis , lupus nephrosis ) , CVA , psychosis , migraine , ataxia , polyneuropathy (may be 2ndry to amyloidosis) — reproductive system is spared — pancreatitis — eye : conjunctivitis , episcleritis , retinitis — haematology : anaemia (chronic dz) , APL , ITP (thrombophilia) , recurrent infection 3) inx — elevated ESR but normal CRP (except in arthritis , pleuritis , coexisting infection) — CBC : normochromic normocytic anaemia or may be haemolytic anaemia (Coomb +ve) , steroid affection (neutrophilia , eosinopenia , lymphocytopenia) , may be thrombocytopenia due to ITP — ANA present in 100% of cases , anti dsDNA in 70% of cases , anti sm in 30% of cases , anti Ro (SSA) in 60% while anti La in 15% — low C3/4 with elevated ESR and high anti dsDNA indicate SLE flare 4) mx — arthritis /serositis : controlled by NSAIDs , if not 👉🏽👉🏽 use chloroquine & hydrochroloquine — lupus flare — single IM of long acting steroids or short course of oral steroids — severe haemolytic or thrombocytopenia treated by high dose oral steroids — renal/ brain involvement rx by high oral steroids + immunosuppresive (Azathioprine or mycofenolate mofetile) — pregnancy : azathioprine, hydroxychloroquine & low dose of steroids are safe

    Ariane Kae: Hi, Im from the Philippines and currently working as Clinical Abstractor. I dont see any videos regarding SLEDAI scoring but I have read some about it. I have seen 6/10 SLEDAI score in the doctor's note but I'm wondering if the "10" in 6/10 would be the number of items or the measure of disease activity? And if I could ask for a reference please. More power and thank you❤️❤️❤️🇵🇭🇵🇭🇵🇭

    Aller
    Aller