Aller Crise d'asthme bronchique: urgence
médecine en ligne

Crise d'asthme bronchique: urgence

Contenu:

L'attaque de l'asthme bronchique passe rapidement et ses symptômes sont caractéristiques, il est donc impossible de le confondre avec autre chose. Souvent, dans de tels cas, le patient commence le punk, ce qui aggrave encore la situation.



Comment est l'attaque?

Crise d'asthme bronchique En quelques secondes, un essoufflement grave se développe, la respiration devient bruyante, accompagnée d'une respiration sifflante dans les poumons, qui peut être entendue même à distance. Une toux sèche apparaît, qui se répète avec des attaques tout au long de l'attaque.

Les plaintes des patients incluent:

  • sensation d'éclatement dans la poitrine;
  • difficulté à expirer.

Pour expirer l'air, il est nécessaire de déployer des efforts considérables. Le patient recherche un soutien afin de faciliter l'expiration en posant ses mains sur une chaise, une table, un mur, etc.

Que devrait-on faire pendant une attaque?

  1. La première chose à faire est de trouver une position confortable pour le corps qui facilite l’expiration. Vous devez vous asseoir sur une chaise face au dos et le placer sous la poitrine pour le soutenir. Débarrassez-vous des vêtements embarrassants, déboutonnez le col, retirez le foulard, la cravate, etc.
  2. Devrait essayer de se calmer! L'état psychoémotionnel joue le rôle le plus important dans de tels cas! Des efforts devraient être faits pour normaliser la respiration et pour expirer complètement l'air des poumons. La durée de l'attaque dépend de la capacité à se détendre complètement, à se calmer et à prendre le contrôle de la situation. Un petit enfant pendant une attaque doit être caressé doucement dans le dos, ce qui lui procure une sensation de confort et applique des pratiques de massage doux facilitant la respiration. Dans le même temps, il est nécessaire de parler tout le temps avec l'enfant d'un ton calme et doux, affirmant que tout va bientôt passer. La pratique montre que les enfants sont beaucoup plus faciles à subir une attaque que les adultes. Les adultes ne sont pas enclins à faire entièrement confiance, comme les enfants, car une attaque est plus dure et plus longue.
  3. En cas de crise d’asthme, il faut de l’air frais, il faut donc ouvrir la fenêtre de la pièce.
  4. Il faut immédiatement appliquer un inhalateur doseur spécial, qui doit toujours être avec le patient. Les moyens d'éliminer les attaques ne sont sélectionnés que par le médecin traitant! En aucun cas, vous ne devriez acheter des pilules ou des inhalateurs sur le réseau de la pharmacie sur les conseils d'un autre patient ou en lisant ou en regardant des publicités!

Actuellement, pour le soulagement des crises d'asthme dans le monde entier sont utilisés:

  • bronchodilatateurs à action brève. Ceux-ci comprennent: le salbutamol (analogue de Ventolin, Salben), le fénotérol (analogue de Berotek), la terbutaline (analogue de Bricanyl). Ces fonds sont appelés «ambulances» lors d’une attaque, car ce sont des médicaments à action brève, c’est-à-dire qu’ils permettent de supprimer rapidement les crises d’asthme. L'action des médicaments en raison de la capacité à soulager le spasme des muscles lisses des bronches. Pour aider, vous devez prendre deux inhalations, après 10 minutes, le médicament devrait avoir un effet. Si l'attaque est grave et que cela ne s'est pas produit, après 10 minutes, deux autres inhalations peuvent être effectuées. Le médicament a un effet pharmacologique après quelques minutes et un effet prolongé, qui dure quatre à cinq heures.
C'est important!

Cela n’a aucun sens d’inspirer plus souvent deux fois en 10-15 minutes, si l’outil n’a pas fonctionné. En revanche, un surdosage peut provoquer des effets indésirables sous forme de vertiges graves, de faiblesse, de maux de tête, de tachycardie (battement de coeur rapide).

  • Euphyllinum, spasmolytique, dilate efficacement et rapidement les bronches. L'injection eufillina faire des médecins d'urgence qui viennent sur appel. Le médicament est administré par voie intraveineuse, et après quelques minutes, l'effet se produit. L'aide d'urgence, en cas d'attaque très grave, comprend l'administration intraveineuse ou intramusculaire de médicaments hormonaux (glucocorticoïdes), par exemple la prednisolone ou la dexaméthasone.

Si vous n’appelez pas le médecin et essayez d’arrêter vous-même l’attaque en buvant une pilule, l’effet n’est pas antérieur à 40 minutes. Étouffer n’est pas une très bonne solution pour le patient.

  • des agents antihistaminiques (antiallergiques), par exemple la suprastine, la claritine, la diphénhydramine ou le tavegil. Les drogues ne peuvent avoir d'effet que dans les premières minutes du début d'une attaque. Si l'inhalation n'a pas aidé et que l'état ne s'est pas amélioré, il est nécessaire de prendre un comprimé de prednisone.



Mesures supplémentaires à domicile

Pour soulager l’état d’une crise d’asthme bronchique, vous pouvez essayer des méthodes à la maison qui peuvent aider:

  • inhalation de solution saline et d'iode (2 à 3 cuillerées à thé de sel par tasse d'eau et quelques gouttes d'une solution alcoolique d'iode). Respirez par paires pendant plusieurs minutes, puis prenez quelques gorgées de solution tiède. S'il n'y a pas de soulagement, quittez la procédure;
  • canettes de massage. Effectuez la procédure de la manière habituelle, mais restez assis sur une chaise faisant face au dos. Les banques sont placées sur la région des poumons. Pour atténuer cet état, vous devez conduire lentement la boîte de conserve dans le dos. Afin d'éviter la douleur, il est nécessaire d'utiliser de la vaseline ordinaire. La durée d'un massage en boîte est de 1 à 2 minutes d'un côté du dos, puis répétez de l'autre côté. Le massage doit être fait par une personne du ménage, car le patient lui-même ne peut pas le faire.
  • bains chauds pour les bras et les jambes;
  • pansements de moutarde sur la poitrine.

Toutes ces procédures sont simples, car ils ne doivent posséder aucune technique particulière et beaucoup de patients aident bien, car ils sont capables de faciliter la respiration.

Comment procède l'asthme bronchique?

Afin de développer un plan pour aider le patient avec chaque attaque particulière, il est nécessaire de comprendre comment évolue la maladie.

Le tableau clinique d'une crise d'asthme bronchique est divisé en trois étapes:

  • condition pré-asthmatique;
  • attaquer directement;
  • une période de développement inverse.

. Condition prédastmatique. Cette étape est extrêmement importante pour toutes les personnes souffrant d’asthme bronchique, car à ce stade, vous pouvez reconnaître la menace imminente et essayer de prévenir les crises d’asthme, l’exacerbation de la maladie ou au moins l’atténuer et raccourcir la période d’exacerbation. Le patient ressent des symptômes caractéristiques:

  • congestion thoracique;
  • l'apparition de difficultés respiratoires;
  • tousser;
  • écoulement nasal abondant;
  • éternuements indomptables.

Pendant cette période, la labilité émotionnelle, la fatigue rapide, l'irritabilité sont caractéristiques et son sommeil est perturbé. Ces signes suggèrent que l'exacerbation de l'asthme bronchique commence.

. La hauteur de l'attaque . Les crises commencent directement plusieurs jours après l'apparition des précurseurs (environ un à deux jours). La nuit est la période la plus difficile pour les malades. Une personne présentant une exacerbation de la maladie chez un patient revêt un aspect spécifique: gonflement, pâles, peau bleue, lèvres et lits d'ongles. Le patient frissonne et transpire.

. La période de développement inverse . Il vient après le traitement et se caractérise par un écoulement de crachats. Dans la période initiale, les crachats sont très épais et visqueux, plus tard, ils se diluent et quittent plus facilement. L'asphyxie cesse.

Attention! Le traitement de l'asthme bronchique lors d'une crise de suffocation et lors d'une rémission est différent! Ne pas se soigner soi-même! Dans chaque cas, le médecin sélectionne un algorithme de traitement individuel. Alors seulement, un résultat positif peut être garanti. Le patient doit apprendre à contrôler son état de manière indépendante. Vous devez être alerte et ne manquez pas l'apparition de l'exacerbation. L'asthme bronchique, avec toute la gravité de cette maladie, n'est pas une phrase. En cas de discipline du patient et de respect de toutes les prescriptions du médecin, vous pouvez mener une vie normale, vous détendre et travailler pleinement, comme le font toutes les personnes en bonne santé. Un régime de traitement choisi par un allergologue et un pneumologue qualifiés permettra de se sentir relativement en bonne santé et de prendre confiance en soi.

Prévention des crises d'asthme

Les mesures préventives comprennent principalement le strict respect du régime d'hygiène.

Il faut:

  • dors suffisamment;
  • alimentation équilibrée et variée;
  • abandonner les mauvaises habitudes (tabagisme, alcool);
  • faire régulièrement de la gymnastique, en particulier une respiration spéciale;
  • traiter en temps opportun et avec compétence les maladies concomitantes;
  • rendre régulièrement visite à l’allergologue et au pneumologue, suivre les prescriptions médicales;
  • nettoyer la maison à fond;
  • éviter autant que possible les situations stressantes;
  • être régulièrement à l'air frais.

De nombreux experts attachent une grande importance à la gymnastique respiratoire dans la lutte contre les exacerbations de l'asthme. Un grand nombre de techniques variées ont été développées, parmi lesquelles on peut choisir une variante appropriée. L’exercice de respiration le plus simple et le plus accessible pour tous les patients est l’allongement et le renforcement de la respiration. Cet exercice devrait être fait régulièrement.

Recommandation du docteur . Les personnes souffrant d'asthme, il est recommandé de procéder à l'auto-contrôle de la maladie. Cela peut être fait avec succès à l'aide d'un instrument spécial, un débitmètre de pointe, qui détermine l'état de la fonction de respiration externe. L'utilisation de l'appareil est très simple: prenez une grande respiration, puis expirez avec force dans un tube spécial de l'appareil. Le taux expiratoire est déterminé automatiquement. L'écart entre le débit expiratoire de pointe du matin et celui du soir dans la norme ne doit pas dépasser 20%. Pour des raisons pratiques, il est bon d’avoir un journal de pointe de débitmètre, selon lequel il sera plus facile pour le médecin traitant de suivre la dynamique de l’état du patient.


| 24 mai 2015 | | 1,224 | Maladies respiratoires
Aller
Laissez vos commentaires


Jutta G.: Larnak kopiert alles aus Wikipedia. Das soll eine vertrauensvolle Quelle sein? Ich wurde durch die Kenntnis der 5 biologischen Naturgesetze geheilt, weil ich sie VOR der Diagnose gekannt habe. Deshalb konnte mir der Chefarzt in einer süddeutschen Frauenklinik auch keine Angst machen, als ich ihm NEIN zu seiner gewollten Behandlung ins Gesicht sagte und er mir dann meinen baldigen Tod voraussagte !!!! Meine vertrauensvolle Quelle ist meine eigene Erfahrung, die 5 biologischen Naturgesetze stimmen Punkt für Punkt. Ich hatte einen Nierensammelrohre CA. Die Schulmedizin will nur Geld machen, das einzelne Schicksal ist denen egal. Warum lassen sich Schulmediziner von Therapeuten, die die 5 biologischen Naturgesetze kennen, "heilen"?? Weil sie sich nicht ihr eigenes Gift spritzen lassen wollen. Die 5 biologischen Naturgesetze sind KEINE Theorie, auch wenn das immer die gleichen Schreiber hier kundtun wollen. Ich spreche aus eigener Erfahrung.

Larnak.: Vieles erweist sich im Lichte medizinischer oder biologischer Erkenntnisse als kaum haltbar: Metastasen beispielsweise sind ganz klar als die Zellen desjenigen Tumors identifizierbar, von dem sie stammen – es sind keine Zellen des Organs, in dem sie vorkommen, schon gar nicht sind es solche, die es diesem Organ ermöglichen, besser zu arbeiten. Das sieht man sowohl in Gewebeproben von Kranken, als auch in reproduzierbaren Laborversuchen. Es sind heutzutage bei einigen Krebs-Arten auch die genauen Gene bekannt, deren Mutation für einen Krebs notwendig ist (Krebs entsteht ja nicht einfach plötzlich, sondern setzt ein Zusammenwirken verschiedener Mutationen voraus, die die natürlichen Kontrollmechanismen der Zellen außer Kraft setzen). Auch die Rolle von Krankheitserregern ist in vielen Fällen eindeutig geklärt, über deren Identität bis zur Frage, wie genau sie krank machen, und was dabei passiert. Sie können isoliert und auf Wunsch in andere Organismen eingebracht werden, wo sie, auch ohne Stress oder "Regenerationsphase", die Krankheit auslösen. Das selbe gilt für viele Medikamente: Deren Wirkmechanismus ist in der Regel in mühsamer wissenschaftlicher Kleinarbeit, oft über Jahrzehnte, erforscht und dokumentiert. Das lässt sich nicht alles negieren, indem man sich hinstellt und eine toll klingende Idee nett verpackt, nach der Medikamente immer einem von zwei Typen zuzuordnen seien. In vielen Fällen ist bis auf Molekül- oder gar Atom-Ebene bekannt, was passiert. Dass Vitamin-Präparate für die meisten Menschen tatsächlich nichts bringen / unnötig sind, ist schon lange auch schulmedizinisch bekannt: Normale Nahrung enthält ausreichend Vitamin C für den Körper, sodass wir nichts manuell zuführen müssen, solange keine spezifischen Erkrankungen vorliegen. Dass uns das ständig suggeriert wird, ist tatsächlich eine Werbemasche der Industrie. Details über die Stoffwechselwirkungen von allen wichtigen organischen Verbindungen lassen sich heute dankenswerterweise auf Wikipedia nachschlagen: https://de.wikipedia.org/wiki/Vitamin_C#Stoffwechsel_im_Detail Ich hab gar nichts gegen neue Gedanken und Ideen, die man dann bitte auch erforschen und entdecken möge. Forschung, Erkenntnisgewinn, ja die sogenannte Schulmedizin selbst basieren genau darauf (Als Beispiel ließe sich hier die Phagentherapie anbringen, bei der es zunehmend erfolgversprechend zu gelingen scheint, Bakteriophagen, also Viren, die sich mit Hilfe von Bakterien vermehren und diese dabei zerstören, als Ersatz für Antibiotika einzusetzen ( https://de.wikipedia.org/wiki/Phagentherapie ). Aber solche Ideen trotz offensichtlicher Widersprüche schon als Tatsache zu verkaufen, durch Leute, die zum großen Teil vermutlich noch nie eine Zelle von innen gesehen haben, kann nicht der richtige Weg sein. So ist das hier gezeigte wirklich eine schöne, toll klingende, geradezu traumhafte Fantasie. Aber leider eben nur eine Fantasie, die etablierter Forschung zu mikrobiologischen oder zellbiologischen Prozessen widerspricht, gleichzeitig aber angenehm einfache und beruhigende Erklärungen liefert, die vermeintlich jedem ermöglichen, die Komplexität der Natur zu verstehen – Psychotricks Marke "jeder kann es selbst überprüfen!" inklusive. Praktischerweise dienen dann real existierende Probleme und Schwächen unseres Gesundheitssystems dazu, diese Vorstellungen zu legitimieren und alle gegenteiligen Behauptungen zu diskreditieren. Am Ende bleibt gefährliches Unwissen mit dem Potential, Menschen tatsächlich zu gefährden.

Aller
Aller