Aller Chlamydia chez les femmes: symptômes et traitement, médicaments
médecine en ligne

Chlamydia chez les femmes

Contenu:

Chlamydia chez les femmes

Chlamydia chez les femmes

Les maladies causées par la chlamydia sont appelées "chlamydia" ou "infections à chlamydia".

Les chlamydia sont des microorganismes uniques qui choisissent des cellules humaines vivantes comme habitat. Par leur structure, ils ressemblent davantage à des bactéries, mais de par leur nature même, ils ressemblent à des virus.

La capacité unique de Chlamydia trachomatis est la capacité de parasiter l'intérieur des cellules dans lesquelles elles vivent. Cela conduit au fait qu'il devient plus difficile de diagnostiquer la chlamydia.



Qu'est-ce que la chlamydia et comment l'infection se produit-elle?

La chlamydia uro-génitale chez les femmes est une infection transmissible sexuellement répandue (infection transmissible sexuellement). Actuellement, l'infection à chlamydia de la population féminine est en augmentation. Cet agent infectieux est retrouvé chez 60 personnes de sexe juste sur 100.

Il convient de noter le fait qu'il n'y a pas de vaccins pour les infections à chlamydia, et même après une maladie, une personne ne développe pas d'immunité.

L'infection à chlamydia se produit à la fois lors de rapports sexuels non protégés (génital-oral, génital-génital, génital-anal) et à travers des objets de la vie quotidienne. Sur les produits en coton, l’infection peut durer jusqu’à 48 heures, mais meurt en une minute à l’ébullition.

Le cycle de vie de la chlamydia peut être divisé en deux étapes:

  • Infectieux, lorsque l'existence d'une infection se produit en dehors d'une cellule vivante:
  • Réticulaire, lorsque l'infection entre dans le corps et commence à parasiter à l'intérieur d'une cellule vivante.

La taille de la chlamydia au stade infectieux de l’existence reste inférieure à 0,3 micron, mais lorsqu’elle se multiplie à l’intérieur de la cellule, elle augmente jusqu’à 1 micron de diamètre. Plus l'agent infectieux est gros, plus il lui est facile de quitter la cellule où il a parasité plus tôt et de capturer de nouvelles zones.

Le cycle de développement de la chlamydia dure environ de l'esprit du jour et, pendant cette période, il est très sensible à la chimiothérapie, aux rayons ultraviolets et aux effets des antibiotiques.

La période d'incubation dépend de l'état d'immunité de la femme infectée et peut durer environ 30 jours. Cette période reste en dehors du foyer d’attention du patient, car la maladie est asymptomatique.

Si nous prenons la durée de la maladie comme critère principal, nous pouvons distinguer deux types de chlamydia:

  1. Frais, qui se caractérise par des lésions des parties inférieures de l'urètre.
  2. Chronique, lorsque l’infection recouvre à la fois les parties inférieure et supérieure du tractus urogénital.

La chlamydia chez les femmes ressemble parfois à d'autres maladies de l'appareil urogénital par ses symptômes. D'abord, le col de l'utérus est touché, puis l'utérus lui-même. L'étape suivante est le transfert de l'infection par les trompes de Fallope vers les ovaires et la cavité abdominale. Dans de rares cas, une infection intestinale par le col utérin est possible.

Symptômes de la chlamydia chez les femmes

Plus souvent, l'infection à chlamydia ne donne pas de symptômes, mais dans certains cas, on se plaint de:

  • Sensation de brûlure dans la vulve et démangeaisons dans l'urètre;
  • Sensation de légère douleur et d'inconfort en urinant;
  • Sensation d'augmentation de l'humidité des organes génitaux;
  • Écoulement muco-purulent du vagin. Lors de l'examen, des excrétions apparaissent lorsque vous appuyez sur la zone touchée.
  • Défaut sous forme d'érosion dans le col de l'utérus;
  • Sévérité et douleur dans la colonne lombaire;
  • Violation du cycle menstruel;
  • Douleurs tirantes dans le bas de l'abdomen;
  • Conjonctivite à Chlamydia qui se produit lorsque l'œil est impliqué dans le processus pathologique;
  • Faiblesse générale et fièvre.



Comment déterminer la présence de chlamydia chez les femmes?

Le diagnostic de la maladie est compliqué par le fait que les symptômes caractéristiques des infections à Chlamydia sont caractéristiques non seulement d’elles, mais aussi d’autres infections sexuellement transmissibles.

Prendre un biomatériau (dans ce cas, un frottis) et ses recherches en laboratoire peuvent donner une réponse exacte à la question: existe-t-il ou non Chlamydia trachomatis dans le corps? Mais la recherche biologique fournit des informations hypothétiques, et pour un diagnostic précis, un certain nombre de procédures de laboratoire supplémentaires sont nécessaires.

Le semis de culture (semis mercredi MS-sou) est considéré comme la méthode de diagnostic principale, car il donne une image plus précise de la présence d’une infection à Chlamydia dans le corps de la femme. Cela nécessite une longue étude et des coûts de matériel relativement élevés. De plus, la méthode elle-même prend beaucoup de temps, mais la précision du résultat vaut les ressources dépensées.

Les tests ELISA (dosage immuno-enzymatique) et REEF (réaction d'immunofluorescence) permettent de détecter la maladie et de déterminer à quel stade de développement elle se trouve. PCR ou ADN - le diagnostic révèle la présence de chlamydia avec une précision absolue même lorsque la concentration d'infection est encore très faible. Les diagnostics ADN, ELISA et REEF fournissent des informations non seulement sur la présence actuelle de la chlamydia, mais également sur le fait que le patient était précédemment malade ou non.

Les médecins gynécologues se concentrent sur un certain nombre de facteurs spécifiques afin de calculer les femmes qui ont particulièrement besoin d'une étude sur les IST, y compris la chlamydia:

  • Patients en train de traiter une inflammation (cervicite) ou une érosion cervicale;
  • Les femmes qui sont inscrites chez le médecin pour l'infertilité depuis un an ou plus;
  • Patients présentant une complication de grossesse sous diverses formes (fièvre prolongée d'origine inconnue, polyhydramnios, fausse couche, développement fœtal retardé pendant la période prénatale);
  • Les personnes de sexe féminin, avec la présence d'une fausse couche, une grossesse non-développement et une naissance prématurée dans l'anamnèse.

Les patients présentant des problèmes similaires doivent faire l’objet d’un dépistage de la présence d’une infection à Chlamydia, quel que soit le type de frottis à analyser et la microflore sous condition pathogène. Même avec une image relativement normale d'un frottis généralisé de l'urètre et du vagin, une chlamydiose urogénitale est retrouvée chez 80% des patients présentant des symptômes suspects.

Traitement de la chlamydia chez les femmes

Après un diagnostic réussi et un diagnostic précis, le traitement de l'infection à Chlamydia est initié.

Contrairement aux autres infections par IST, l'éradication de Chlamydia trachomatis est un processus plutôt laborieux. Ils ont la capacité de s'adapter aux effets des médicaments et de se cacher des composants des médicaments conçus pour nettoyer le corps de la chlamydia.

Mais, malgré toutes les difficultés, l'infection est traitable. Il convient de garder à l'esprit que plus le traitement est commencé tôt, plus il est probable qu'il se débarrasse complètement de la chlamydia. Plus longtemps une femme ne cherche pas l'aide d'un médecin, plus la maladie risque de devenir chronique.

L'automédication avec des médicaments recommandés par des personnes sans spécialisation appropriée et l'espoir de méthodes folkloriques douteuses non seulement ne donne pas les résultats escomptés, mais est également dangereuse pour l'occurrence de complications graves:

  • Infertilité;
  • Infection intra-utérine de l'enfant;
  • L'affaiblissement du corps et le handicap.

L’élaboration d’un plan de traitement incombe à un médecin spécialiste. Il est individuel pour chaque patient, puisqu'il n'y a pas de traitement général et que des infections concomitantes peuvent être détectées.

Il est conseillé de prendre un traitement d'association pour éliminer la chlamydia:

  1. Objectif des antibiotiques à large spectre (azithromycine, pénicilline, tétracycline).
  2. Immunostimulants conçus pour corriger les défenses de l'organisme (administration intramusculaire ou intraveineuse de cycloferon), car les infections et les antibiotiques réduisent l'immunité.
  3. Vitamines complexes (komplivit, alphabet, etc.).
  4. Respect du régime avec le rejet obligatoire de l'admission d'alcool et de fumer.
  5. Rejet temporaire de relations sexuelles avec un partenaire.
  6. Une irradiation laser du sang est prescrite comme mesure supplémentaire. Il contribue à augmenter le niveau d'efficacité des médicaments antibactériens et a un effet positif sur le système immunitaire féminin.

Si une femme a un partenaire sexuel permanent, les deux ont besoin d'un traitement. Se débarrasser de l’infection de l’un d’eux n’a pas de sens, car lors du premier contact sexuel non protégé, l’infection se reproduira.

Après la fin du traitement, vous devez passer une analyse de contrôle après quelques semaines, puis un mois et deux mois plus tard. Si le résultat est négatif à chaque fois, on peut affirmer en toute sécurité qu'il n'y a pas de chlamydia.

Conséquences possibles d'une infection à chlamydia

Pour éviter les effets négatifs de la chlamydia, vous devriez consulter votre médecin rapidement si vous avez le moindre mal à propos de la condition des organes urinaires. Il est conseillé de consulter un gynécologue environ deux fois par an, même s'il semble que l'état de santé soit idéal pour contracter la maladie à un stade précoce.

Étant donné que la maladie se manifeste par une symptomatologie limitée ou ne se manifeste pas du tout, elle passe facilement à un stade avancé de la maladie chronique. Dans ce cas, une femme peut connaître les complications graves suivantes:

  • Cervicite ou inflammation du col de l'utérus;
  • Cystite hémorragique, qui est activée lorsqu'une infection à Chlamydia frappe la membrane muqueuse tapissant la vessie;
  • Urethrite - inflammation dans l'urètre;
  • Endométrite - inflammation de l'endomètre (couche de la membrane muqueuse tapissant l'utérus);
  • Inflammation des glandes de Bartholin, situées à l'entrée du vagin;
  • Maladies de divers organes situés dans le petit bassin (ovaires, trompes de Fallope, utérus) et obstruction des trompes de Fallope;
  • Douleur chronique dans la région pelvienne;
  • Problème d'infertilité;
  • Transition possible du processus pathologique vers le foie;
  • Le rétrécissement (striction) de l'urètre avec un long trajet de chlamydia;
  • La survenue d'une conjonctivite lors de la transmission de l'infection des yeux par les mains des zones infectées;
  • Processus inflammatoire dans la membrane muqueuse du rectum lors de contacts sexuels génitaux-anaux;
  • Le syndrome de Reiter, qui survient chez des personnes génétiquement susceptibles de contracter une infection à Chlamydia. Ils ont simultanément ou séquentiellement une infection à Chlamydia avec les organes urinaires, les articulations, la peau et les yeux. Le syndrome se développe sur le fond de l'immunité réduite.

L'infection par cette infection et ses complications peuvent être accompagnées de maux de tête, d'une fièvre prolongée et d'une augmentation des ganglions lymphatiques régionaux (situés près du site de la blessure).

Pendant la période où la chlamydia est parasitaire chez l'homme, elle devient plus vulnérable au virus de l'immunodéficience humaine (VIH).

Vous ne devriez pas espérer qu'une fois guéri de la chlamydia, vous obtiendrez une résistance. L'immunité ne se produit pas et vous pouvez être infecté à nouveau.

Chlamydia pendant la grossesse

L'infection à Chlamydia trachomatis pendant la période de procréation est dangereuse non seulement pour la mère, mais également pour le fœtus. Selon la localisation de la source d'inflammation, l'enfant peut être infecté pendant le développement du fœtus ou en cours d'accouchement - lors du passage du canal de naissance.

Même après la naissance, les parents peuvent infecter leurs enfants à travers des objets de la vie quotidienne. Il y a des cas où autant de générations d'une famille à souffrir de la chlamydia, parce qu'elles utilisaient des serviettes, des débarbouillettes et du linge de lit communs.

Le tableau clinique est souvent peu informatif ou manifeste des symptômes non spécifiques.

Les complications de la chlamydia pendant la grossesse peuvent être:

  • La menace d'interruption de grossesse;
  • Grossesse extra-utérine;
  • Polyhydramnios;
  • Gel de la grossesse;
  • Danger de travail prématuré;
  • Endométrite après un avortement ou un accouchement pendant une maladie;
  • Possible rupture prématurée du liquide amniotique.

N'oubliez pas que l'enfant est également exposé à un danger susceptible d'entraîner des complications suite à une infection à chlamydia:

  • La conjonctivite;
  • L'otite;
  • Infection du nasopharynx;
  • Prématurité;
  • Divers problèmes de santé;
  • Pneumonie (processus inflammatoire infectieux dans les poumons);
  • CVS (maladies cardiovasculaires);
  • Maladies du système nerveux central (système nerveux central);
  • Pathologie du tractus gastro-intestinal (déchets gastro-intestinaux);
  • La survenue d'infertilité à un âge précoce.

Le traitement d'une femme enceinte infectée par la chlamydia nécessite des soins particuliers. On lui prescrit des antibiotiques qui ne peuvent pas traverser le placenta et nuire au bébé. En conséquence, le traitement est effectué après la maturation du placenta - au cours du deuxième trimestre de la grossesse.

La prise d'antibiotiques doit être courte, car il n'est pas certain qu'ils ne nuiront pas à l'enfant à un degré ou à un autre.

Au cours de la recherche, les scientifiques ont découvert un fait intéressant: la prise de contraceptifs hormonaux oraux réduit le risque d'infection à chlamydia, car elle rend la membrane muqueuse du col de l'utérus plus résistante aux effets d'un agent bactérien.

Mesures préventives contre la chlamydia

Comme toute autre maladie, la chlamydia est meilleure et plus facile à prévenir qu'à guérir.

Bien entendu, la règle principale est l'hygiène personnelle et la discrimination sexuelle. Un partenaire régulier en bonne santé est une garantie de protection contre l'infection à chlamydia par contact sexuel. Ne comptez pas pleinement sur les méthodes de contraception de barrière en tant que facteur de protection. Bien sûr, il est préférable d’utiliser un préservatif, mais cela ne donne pas une certitude absolue que l’infection ne se produira pas. En faveur de votre santé, il est souhaitable d’abandonner les relations sexuelles occasionnelles et au moindre soupçon de la présence de la maladie - contactez un médecin spécialiste.

Un examen régulier par un gynécologue (au moins deux fois par an) permet de détecter l’infection à chlamydia à un stade précoce et, en conséquence, de rendre le processus de traitement plus facile et plus efficace.


| 29 décembre 2014 | | 13 203 | Maladies chez les femmes
Aller

Aller
Aller