Aller Chlamydia pendant la grossesse, traitement de la chlamydia pendant la grossesse
médecine en ligne

Chlamydia pendant la grossesse

Contenu:

Chlamydia pendant la grossesse

Chlamydia pendant la grossesse

La chlamydia ou infection à chlamydia est une maladie courante qui attend souvent son heure de sommeil. Cette «heure X» devient souvent la période de grossesse au cours de laquelle le corps perd la capacité de résister aux virus et aux microbes agressifs, donnant ainsi toute la force nécessaire au processus de formation des tissus de bébé. Les perturbations hormonales, la dysbactériose et l'affaiblissement général de l'immunité constituent l'environnement optimal pour le développement d'infections, notamment de chlamydia.



Chlamydia: principe d'infection et caractéristiques de la maladie

L’infection à Chlamydia est un groupe particulier de micro-organismes qui présentent des caractéristiques communes avec les bactéries et les virus. Les scientifiques possèdent plusieurs douzaines de bactéries du genre Chlamydia (chlamydia), dont certaines ne peuvent vivre que dans le corps humain, et d'autres se fixent avec confiance sur des tissus animaux. Dans ce cas, la chlamydia est l’une des maladies les plus répandues et on pense le plus souvent aux sous-types «humains» d’organismes pathogènes, à savoir Chlamydia trachomatis ou Chlamydia pneumoniae, appartenant au groupe des MST. La part de ces types de bactéries représente plus de 80% de toutes les personnes infectées par la chlamydia, soit, selon les estimations les plus conservatrices, plus de 40% des habitants de la planète.

La complexité de la lutte mondiale contre la chlamydia réside dans l'absence de symptômes d'infection, qui ne sont pas devenus une forme aiguë. Ne sachant pas que l’infection a eu lieu, le porteur lors d’un contact sexuel «transmet» l’infection à tous ses partenaires intimes, assurant ainsi la propagation de la maladie. Les statistiques affirment que plus de 30% des femmes et plus de 51% des hommes sont infectés par la chlamydia. Dans la plupart des cas, l’infection se produit par contact sexuel (de la manière la plus courante), bien que des cas d’infection par des articles d’hygiène générale soient également enregistrés périodiquement (pas plus de 5% du total des infections). Séparément, il existe une méthode d'infection "verticale", dans laquelle le virus reçoit un bébé à naître d'une mère malade et une infection au cours du processus d'accouchement. Dans ce cas, l'évolution de la maladie est très dangereuse pour le corps, car elle perturbe la formation normale des organes et des tissus de l'enfant.

Conséquences de la chlamydia subies pendant la grossesse

La chlamydia est l'une des maladies pour lesquelles même une personne qui a déjà eu une maladie ne peut pas produire d'immunité. C’est la raison pour laquelle les vaccins et, partant, les méthodes de prévention des infections, n’existent pas. La liste des complications résultant de la chlamydia est longue. Chez les hommes, c'est:

  • urétrite et inflammation de l'urètre;
  • la prostatite;
  • vésiculite et orchite;
  • obstruction du canal génital et infertilité à la fin.

Les femmes qui sont plus susceptibles aux MST en raison de la structure unique du système de reproduction reçoivent à la suite de la chlamydia différée:

  • érosion cervicale;
  • la colpite à chlamydia;
  • infections des ovaires, des appendices, des trompes de Fallope;
  • inflammation du rectum;
  • obstruction des trompes de Fallope et tendance aux adhérences de ces zones;
  • la salpiginite;
  • infertilité

Dans le cas d'une patiente enceinte, plusieurs conséquences s'ajoutent à cette liste pour la future mère et son bébé. Et il n’ya pas que le risque de rester stérile après avoir souffert de chlamydia. Lorsque le liquide amniotique est avalé et que le bébé avale de temps en temps, son corps est infecté, ce qui entraîne une inflammation des organes de la vue et de l'ouïe. Des dommages au système nerveux peuvent déclencher le développement d’une encéphalopathie et d’autres troubles graves. Tous les organes internes qui n'ont pas encore acquis les formes définitives et, en conséquence, n'ont pas bénéficié d'une protection complète, sont exposés à l'impact. La chlamydia affecte le foie, les reins et même le cœur. Une infection qui n'a pas été ressentie depuis des années et qui ne provoque pas d'anxiété avant la grossesse peut entraîner une invalidité congénitale du fœtus.

Si nous parlons de l'état de santé de la mère, il convient tout d'abord de noter une augmentation des risques de fausse couche (grossesse non-en développement), qui augmente de nombreuses fois avec la présence du virus de la chlamydia dans le corps. Avortement, foetus gelé (mort fœtale) - conséquences fréquentes de la chlamydia aiguë en début de grossesse. En outre, la chlamydia provoque un polyhydramnios, augmente les manifestations de la toxicose, ce qui complique considérablement le déroulement de la grossesse. La détection précoce et le traitement rapide de la chlamydia réduisent le risque de conséquences et laissent une chance à l'accouchement complet et planifié.

Symptômes de chlamydia pendant la grossesse

Les symptômes de la chlamydiose peuvent ne pas apparaître longtemps, mais avec un corps de femme enceinte affaibli, les premiers signes de la maladie peuvent également apparaître 1 à 3 semaines après l'infection. Les signes de chlamydia peuvent inclure:

  • écoulement du vagin ou de l'urètre, généralement sans couleur ni odeur;
  • malaise général, somnolence et léthargie;
  • douleur douloureuse dans le bas de l'abdomen, aggravée par le réchauffement et le bain;
  • besoin fréquent d'uriner, ainsi qu'une douleur et une légère sensation de brûlure.

Dans la pratique médicale, il existe ce que l’on appelle le syndrome de Reiter, caractéristique de l’infection à Chlamydia. Ce syndrome se traduit par une lésion caractéristique de l'urètre (urétrite), des organes de la vision ( conjonctivite ) et des lésions vasculaires (arthrite).

Les sensations générales ne sont peut-être pas évidentes, mais une femme ressent habituellement quelques changements si elle est attentive à l'état du corps. Pendant la grossesse, la prise de conscience précoce de ces changements est due au fait que les symptômes émergents peuvent être attribués à la restructuration du corps après la préparation à l'accouchement. C'est pourquoi les médecins recommandent vivement de ne pas laisser la question de la procréation suivre son cours, mais de se soumettre à un cycle complet de tests à l'avance. Le partenaire sexuel devrait être examiné sur un pied d'égalité avec la future mère, car le traitement réservé aux femmes ne donnera aucun résultat, l'infection reviendra dès le premier rapport sexuel non protégé, annulant ainsi tous les efforts des médecins.

Diagnostic de la chlamydia pendant la grossesse

Malheureusement, la majorité des femmes ne sont informées de l'infection à chlamydia que lorsqu'elles se sont inscrites à la clinique prénatale pour grossesse en raison de la présence de symptômes, ce qui complique grandement le processus de traitement. Les médecins conseillent également de procéder à un examen périodique, surtout s’il n’ya pas de confiance totale dans la santé de votre partenaire sexuel. Les signaux indiquant que le dépistage de la chlamydia ne devrait pas être différé sont les suivants:

  • absence prolongée de fécondation lors de rapports sexuels non protégés;
  • fausses couches spontanées;
  • détection parallèle d'autres types de MST.

L'analyse de la chlamydia diffère du frottis habituel sur d'autres types de MST, car le matériel biologique doit contenir non seulement des échantillons de muqueuse, mais également des échantillons de tissus vivants. Le virus de la chlamydia appartient à l'intracellulaire, ce qui complique sa détection dans un groupe de tests normal.

Pour le diagnostic de la chlamydia, l'analyse porte sur le sang, l'urine, le grattage et l'étude du sperme si l'on parle de la chlamydia chez l'homme.

Souvent, un test de fonds communs de placement (immunofluorescence directe), basé sur la détection d’anticorps, est utilisé pour confirmer le diagnostic de chlamydia, mais il n’est que fondamental, dans la mesure où il ne donne pas un tableau complet de la maladie ni une description précise d’une souche particulière de micro-organismes. Également utilisé le diagnostic PCR - détermination de l'ADN de l'agent pathogène. Cependant, le procédé a un coût et une adaptabilité élevés. La méthode de culture et l'hybridation prennent plus de temps, mais le résultat est une description plus complète de la maladie et une image précise des méthodes de traitement. La sélection du médicament à traiter est testée sur une souche spécifique, ce qui permet de prédire le comportement ultérieur de l'infection et de corriger le processus de récupération.

La méthode moléculaire, comme la méthode immunochromatographique, est plus précise, mais elle n’est appliquée que dans les grandes cliniques où l’équipement et les qualifications du personnel sont suffisants. Vous pouvez demander à votre médecin de vous renvoyer à un tel examen, mais celui-ci sera effectué aux frais du patient.

En présence de signes d'infection du fœtus, il est conseillé de procéder à une analyse avec prélèvement de liquide amniotique afin de rechercher la présence d'une infection à chlamydia. La procédure est effectuée sous le contrôle d'un appareil à ultrasons. Une analyse opportune aidera à protéger votre bébé des conséquences irréversibles.

Traitement de la chlamydia chez la femme enceinte

Le traitement de la chlamydia, comme la plupart des maladies infectieuses, repose sur des antibiotiques. Pendant la grossesse, ces médicaments sont principalement dangereux pour le futur bébé. Ainsi, dans le cas d’une maladie non aiguë (en l’absence de données cliniques et de laboratoire permettant d’activer l’infection), le médecin ne peut pas prescrire de médicaments supplémentaires, sauf fortifiant. Ceci est une norme paneuropéenne éprouvée.

Dans la forme aiguë de la maladie, on préfère les agents qui ne peuvent pas pénétrer dans le liquide amniotique. La durée du cours d’admission est fixée à la durée nécessaire et suffisante, nommée uniquement par un médecin. Dans certaines formes de chlamydia, il ne peut être que 2-3 jours.

Si les préparations locales ne suffisent pas, le spécialiste s’arrête en règle générale sur les antibiotiques macrolides et la dernière génération de floxocines. Le traitement prescrit peut être basé sur une dose unique d’un médicament particulier dont l’efficacité pour une souche donnée est préalablement établie par un laboratoire et sur un traitement complet avec restauration ultérieure de la microflore. Le traitement complet dans ce cas comprendra un antibiotique, un immunomodulateur, une enzyme et un groupe de vitamines. La seconde approche du traitement est plus efficace, car elle lutte contre les conséquences de la maladie et pas seulement contre l’infection elle-même.

L'auto-prescription du médicament, même avec un diagnostic confirmé pendant la grossesse, est contre-indiquée, car tout surdosage, comme un traitement incomplet, aura un effet négatif sur le fœtus. Toute mesure de traitement et de prévention de la réinfection doit être coordonnée avec le gynécologue superviseur.

Un élément obligatoire séparé doit être de contrôler la guérison de l'infection, qui est effectuée au plus tôt deux semaines après la prise de la dernière pilule. N'oubliez pas non plus que dans le cas de telles maladies, le partenaire sexuel est soumis à un traitement obligatoire, sinon tout traitement sera une perte.

Traitement à domicile pour l'infection à chlamydia

Si le diagnostic est confirmé et le traitement prescrit, les remèdes populaires peuvent accélérer le processus de guérison. Pendant la grossesse, il peut s’agir de décoctions d’herbes ayant des propriétés antibactériennes, telles que le bore de l’utérus ou les graines de fenouil. Ils peuvent être utilisés aussi bien pour l'ingestion avant les repas que pour le lavage des organes génitaux en cas de chlamydia vaginale. N'oubliez pas les remèdes naturels qui ont maintes fois prouvé leur efficacité dans la lutte contre les infections: oignons, ail, jus de betterave. Une augmentation générale de la quantité de vitamines dans le régime alimentaire renforcera le système immunitaire.

Prévention de la chlamydia

La prévention la plus fiable de l'infection initiale et de l'infection récurrente est la protection des rapports sexuels et la cohérence des relations intimes.

Ainsi qu’une attitude plus scrupuleuse à l’égard du processus de planification de la grossesse avec la livraison obligatoire de tests de dépistage de telles infections au cours de cette période, et non leur détection soudaine lorsqu’ils sont enregistrés en consultation.


| 1er janvier 2015 | | 2 440 | Maladies de grossesse
Aller

Aller
Aller