Aller Gonorrhée: symptômes et traitement, signes de gonorrhée
médecine en ligne

Gonorrhée: symptômes et traitement

Contenu:

La gonorrhée est une maladie sexuellement transmissible transmise sexuellement qui se produit avec une lésion de l'épithélium cylindrique du tractus urogénital. Son extrême contagion est mentionnée dans l'Ancien Testament et dans les traités d'érudits grecs. Pour la première fois, le terme "gonorrhée" a été utilisé au IIe siècle av. Le chirurgien et philosophe romain Galen a appelé à tort la décharge de l'urètre masculin "sept flux" (gonos - graine, rhéos - flux).

Pour la gonorrhée, il n'y a pas de différence entre les sexes et le statut social, et un petit enfant et un adulte peuvent en devenir la victime. Selon les statistiques de l'Organisation mondiale de la santé, cette maladie insidieuse affecte chaque année environ un quart de milliard de personnes sur la planète. Cela s'explique par le fait que l'agent causal de la maladie est très résistant à certains médicaments et que le dernier rôle dans la propagation de l'infection est attribué à des raisons sociales et à des facteurs comportementaux (l'homosexualité est florissante, la prostitution et le développement de relations sexuelles à profusion).

Le groupe à risque d'incidence de la gonorrhée comprend les personnes âgées de 17 à 32 ans, les adolescents sexuellement actifs, ainsi que les personnes ayant plusieurs partenaires sexuels et qui n'utilisent pas d'équipement de protection individuelle.

Agent causal

Le gonocoque Neisser, découvert en 1879, est l’agent responsable de la maladie. C'est un parasite extracellulaire et intracellulaire obligatoire, atteignant une longueur de 1,5 micron, ne présentant pas de mobilité et ne formant pas de spore. Sous l'objectif d'un microscope, il s'agit d'un diplocoque apparié, ayant la forme de grains de café ou de grains, se faisant face, avec leurs surfaces concaves et séparés par une étroite ouverture en forme de fente. La propagation des gonocoques se fait par division indirecte perpendiculaire à l’espace situé entre les cocci appariés.

для свежей гонореи характерно внутриклеточное расположение гонококков, а для хронической – внеклеточное. Remarque: pour la gonorrhée fraîche, la localisation intracellulaire des gonocoques est typique, et pour la gonorrhée chronique - extracellulaire.

Le gonocoque est un parasite pyogène spécifique qui peut pénétrer non seulement dans les leucocytes, mais également dans les cellules bactériennes plus grandes. Son corps est entouré d'une membrane externe à trois couches contenant diverses protéines structurelles. À son tour, la membrane est protégée par une capsule dense multicouche. À l'extérieur du gonocoque, de minces fils tubulaires microscopiques (buvés). Avec leur aide, l'agent pathogène adhère aux cellules épithéliales de la membrane muqueuse du tractus urogénital.

Sous l'influence de conditions défavorables, les gonocoques peuvent former des formes en L (tomber dans un état d'animation suspendue). Ainsi, il est capable de survivre au processus de traitement, puis de provoquer une rechute de la maladie.

Sources d'infection et voies de transmission de la gonorrhée

Le plus souvent, l'infection à gonorrhée est transmise sexuellement (par contact génital). Dans ce cas, la source d'infection est une personne malade souffrant d'une forme de gonorrhée asymptomatique ou légère.

La flore gonococcique pénètre dans le corps masculin et provoque une inflammation de la muqueuse urétrale. Dans le corps de la femme, l’infection affecte l’urètre, la veille du vagin et le canal cervical, et chez les jeunes filles, la vulve et le vagin.

Chez les homosexuels passifs, le rectum devient souvent la source d'infection (chez les filles et les femmes, une telle lésion se développe à la suite de fuites d'organes génitaux infectés).

Lors de contacts bucco-génitaux, l’infection gonococcique peut affecter la membrane muqueuse de la bouche, les amygdales et le pharynx. Certains experts affirment que la gonorrhée pharyngée peut se développer même à la suite d'un baiser et que les jeunes enfants sont parfois infectés par une rhinite ou une stomatite à étiologie gonococcique à mains sales.

Lorsque les gonocoques pénètrent dans les yeux des organes génitaux, des lésions gonococciques se développent et, si une femme enceinte est atteinte de gonorrhée, l'enfant est menacé d'une conjonctivite à gonorrhée pendant l'accouchement.

En raison du contact avec du liquide amniotique infecté, une infection intra-utérine du fœtus peut survenir, de même que certains spécialistes permettent une infection hématogène intra-utérine (gonococcémie).

Voie d'infection indirecte: articles ménagers courants, lit infecté, serviettes, éponges, etc.

Mécanisme de développement de la maladie

En fonction du lieu d’introduction initiale de l’infection à gonocoque, il est habituel de distinguer les types de gonorrhée suivants:

  1. Génitale (gonorrhée urogénitale);
  2. Extragénital (dommages de la blennorragie aux yeux, au pharynx et au rectum);
  3. Disséminée ou métastatique (gonorrhée compliquée).

Après la pénétration d'une infection gonococcique dans l'organisme de son nouvel hôte, le parasite est presque instantanément fixé à l'aide de pili (zones d'attachement) aux cellules épithéliales et, après 1 à 2 jours, il est possible de détecter l'agent pathogène en cours de recherche en laboratoire. La phagocytose incomplète caractéristique d'une lésion gonococcique fait que des micro-organismes viables pénètrent dans la couche sous-épithéliale où ils forment leurs colonies et, entraînant la destruction de l'épithélium, pénètrent dans les vaisseaux sanguins lymphatiques des organes génitaux. En conséquence, les phagocytes se précipitent sur le lieu de leur accumulation, ce qui provoque des sécrétions dans l'urètre (exsudat contenant une grande quantité d'agent pathogène) et dans la couche sous l'épithélium - une infiltration, qui peut persister longtemps même après la mort du parasite. Souvent, l'infiltration est remplacée par du tissu cicatriciel, après quoi des sténoses se forment (rétrécissement de l'urètre).

Bien que les gonocoques ne puissent pas se déplacer de manière indépendante, l'inflammation recouvre progressivement de nouvelles zones de la couche muqueuse supérieure en raison de la propagation lymphogène de l'agent pathogène.

Formes d'infection à gonococcie

Dans la pratique médicale, la gonorrhée est divisée en aiguë et chronique. La forme aiguë comprend les cas cliniques qui ne durent pas plus de deux mois. Le processus pathologique, qui prend plus de deux mois, est diagnostiqué comme une gonorrhée chronique. Selon les experts, le seul critère morphologique pour le passage de l'aigu au chronique est la formation de foyers d'infiltration profonds dans l'urètre et la formation de tissu fibreux.

Il faut souligner que la gonorrhée asymptomatique survient parfois dans la pratique des vénéréologues. Il s'agit d'un processus pathologique qui ne provoque pas de réaction inflammatoire à la membrane muqueuse. Dans certains cas, la pathologie asymptomatique n'est rien d'autre qu'une maladie avec une période d'incubation prolongée, au terme de laquelle se manifestent des signes cliniques caractéristiques.

Symptômes de la gonorrhée

Signes de gonorrhée chez les femmes

Cette pathologie se caractérise par des symptômes multifocaux et bénins (dus aux caractéristiques anatomiques du tractus urogénital féminin). Ainsi, souvent dans le processus d’examen d’une femme, une lésion gonorrhéique qui n’accompagne pas de sensations subjectives peut être retrouvée simultanément à plusieurs endroits.

Les cliniciens distinguent deux types cliniques de gonorrhée "féminine":

Lésion gonococcique de la partie inférieure du tractus urogénital ( vulvite , vaginite, urétrite, vestibulite, bartholinite , endocervicitis).

Gonorrhée montante (défaite des voies urinaires supérieures). Dans ce cas, on peut diagnostiquer chez la femme une salpingite à gonocoque, une endométrite, une ovarite et une pelviopéritonite.

L'hyperhémie et l'enflure de l'urètre, des démangeaisons et des brûlures dans le vagin, des mictions douloureuses et des écoulements mucopuruleux épais du canal cervical sont les signes les plus caractéristiques de la maladie de la partie inférieure du système urogénital.

Avec le développement de la gonorrhée ascendante, les patients se plaignent de douleurs dans le bas de l'abdomen, de nausées, de vomissements, de fièvre jusqu'à 39 degrés, de mictions douloureuses et de menstruations irrégulières. En outre, la diarrhée peut parfois se développer.

Il convient de souligner que, en raison d'avortements, de la détection de l'utérus et d'autres procédures gynécologiques, l'infection peut se propager au-delà de la cavité interne de l'utérus.

Signes de gonorrhée chez les hommes

Gonorrhée "masculine", il existe une lésion prédominante de l'urètre (urétrite). En même temps, les patients se plaignent de douleurs coupantes sévères apparaissant pendant la miction et d'apparition de pertes purulentes, dont le degré d'intensité peut varier.

En fonction de la gravité des signes de la maladie, l'urétrite peut être aiguë, subaiguë et torpide.

Dans la forme aiguë, on note un gonflement et une hyperémie des éponges urétrales, tout au long de la journée, des décharges purulentes jaune verdâtre du canal urétral et, pendant la miction, des crampes et des brûlures.

Pour les urétrites aiguës antérieures à gonorrhée, la douleur est caractéristique au début de la miction et, si tout l'urètre est touché (urétrite totale aiguë), la douleur apparaît à la fin de l'écoulement de l'urine. Dans le second cas, on peut également observer une augmentation du besoin d'uriner, des émissions douloureuses et des érections. Avec une inflammation prononcée de la gonorrhée dans les sécrétions purulentes, il se forme des mélanges de sang et une hémospermie se développe (sang dans le liquide séminal).

Sans traitement approprié, l'urétrite aiguë peut entrer dans une phase subaiguë, dans laquelle il n'y a pas de gonflement ni d'hyperémie des éponges urétrales. La douleur pendant la miction, ainsi que les pertes purulentes ou les pertes séreuses-purulentes à ce stade de la maladie sont mineures et ne surviennent le plus souvent qu'après une nuit de sommeil.

Une urétrite torpide avec des signes cliniques encore moins graves peut suivre le stade subaigu. À ce stade, les pertes rares ne se produisent que le matin ou lorsqu'elles sont pressées sur l'urètre.

Il convient de souligner qu'en l'absence de traitement adéquat, les glandes annexielles et périurétrale sont touchées, ce qui entraîne l'apparition de complications multiples. La plus commune d'entre elles est la prostatite. Cette maladie se développe lorsque l'infection gonococcique de l'urètre postérieur est endommagée et peut survenir sous forme aiguë ou chronique.

La prostatite est souvent accompagnée d'une inflammation des vésicules séminales (vésiculite), d'une inflammation de l'épididyme (épididymite), d'une balanoposite et du phimosis (allongement ou rétrécissement du prépuce).

Signes de gonorrhée extragénitale

La pharyngite et la proctite appartiennent aux formes d'infection extragénitales, c'est-à-dire situées en dehors de la région génitale. La rectite gonorrhéique est une affection pathologique qui se développe chez les filles et les femmes à la suite de la fuite de pertes purulentes du vagin dans l'anus ou qui devient la cause des relations sexuelles anales.

Dans les cas de gonorrhée aiguë, les patients se plaignent de douleurs dans les selles, de brûlures et de démangeaisons dans l'anus. Parfois, dans la formation de fissures dans les masses fécales peuvent être mélangés avec du sang. Il existe une hyperémie dans l'anus et des accumulations de pus dans les plis cutanés.

L' amygdalite et la pharyngite à gonocoque, résultant de contacts bucco-génitaux, ne peuvent être détectées que par un examen bactériologique, car elles ne présentent pas de signes différentiels caractéristiques.

Infection gonococcique disséminée

Une telle condition pathologique se produit lorsque l'agent pathogène de la source principale d'infection pénètre dans le sang. Souvent, les gonocoques dans le sang meurent sous l'influence de facteurs d'immunité naturelle, mais dans certains cas, ils commencent à s'y multiplier et, lorsque le sang circule dans divers tissus et organes, il endommage le foie, les articulations, les membranes du cerveau, la peau et l'endocarde.

Il convient de souligner que la propagation de l'agent pathogène ne dépend pas de la virulence du microorganisme, ni de la nature du foyer principal. En règle générale, cela se produit dans les états immunodéficients, une infection non reconnue à long terme, un traitement inadéquat, ainsi que pendant la grossesse, en raison de manipulations instrumentales ou du contact sexuel, qui ont provoqué des lésions de la membrane muqueuse.

En pratique clinique, il existe 2 formes d'infection gonococcique disséminée: bénigne et sévère. La forme bénigne de la maladie est caractérisée par un syndrome articulaire et, lorsqu'elle est grave, le patient développe une septicémie accompagnée d'une hépatite, d'une péricardite ou d'une méningite.

Oeil gonorrhée

C'est l'une des manifestations de l'infection à gonorrhéique, qui est plus fréquente chez les nouveau-nés (ophtalmie gonococcique, iridocyclite, conjonctivite gonococcique). Dans ce cas, l'infection se produit de manière intra-utérine ou lors du passage dans le canal de naissance infecté de la mère. En cas d’infection intra-utérine, les signes de la maladie apparaissent dès le premier jour de la vie d’un enfant.

Pour la conjonctivite gonococcique, l'hyperhémie et l'œdème des paupières, l'écoulement purulent copieux des yeux et la photophobie. Si non traité, le processus infectieux se propage à la cornée. En conséquence, il y a gonflement, opacification, ulcération et infiltration de la cornée.

Dans le cas où l'infection gonococcique se propage à la muqueuse interne de l'œil, une ophtalmie se développe, entraînant une ulcération et une cicatrisation ultérieure, pouvant éventuellement conduire à la cécité.

Diagnostic de la gonorrhée

Le diagnostic de la maladie est basé sur l'historique de la vie sexuelle du patient et la présence de signes pathogénétiques du processus inflammatoire.

Obligatoire chez les représentants des deux sexes est étudié la sortie des organes génitaux. Dans le même temps, les femmes peuvent être affectées à l'étude de l'écoulement de la glande de Bartholin, des conduits paraurétraux, des parois vaginales et du col de l'utérus. Dans certains cas, il est démontré que les hommes étudient la sécrétion de la prostate et des vésicules séminales, les eaux de lavage du rectum, ainsi que l'examen des lacunes et des glandes de l'urètre.

Le diagnostic de "gonorrhée" n'est établi que dans le cas où l'agent pathogène est détecté dans la décharge du test. Pour cela, plusieurs méthodes sont utilisées en laboratoire:

. 1. Bactérioscopie . Aujourd'hui, c'est la méthode la plus courante, impliquant l'étude de deux frottis de décharge, dont l'un (pour la microscopie d'orientation) est peint au bleu de méthylène et l'autre (permettant d'identifier finalement l'agent pathogène) - par Gram. Si des formes typiques de gonocoques sont détectées dans les deux frottis, l'analyse est considérée comme positive.

. 2. Méthode culturelle . Malheureusement, en raison de sa variabilité, l'agent pathogène ne peut pas toujours être détecté par un examen bactérioscopique. Par conséquent, dans le diagnostic des formes asymptomatiques d'infection gonococcique, une méthode de culture est réalisée. Cette technique, impliquant l’utilisation de milieux nutritifs, est le «gold standard» dans l’identification du gonocoque de Neisser.

. 3. Diagnostic PCR . Cette méthode est basée sur la détection d’un agent pathogène dans du matériel biologique.

. 4. réaction d'amplification transcriptionnelle . C'est une technique relativement nouvelle avec une sensibilité plus élevée que la PCR et d'autres méthodes d'amplification. Grâce à son aide, il est possible d'identifier un agent pathogène vivant même dans une très petite quantité de matériel, ce qui vous permet de surveiller les résultats du traitement.

Traitement de la gonorrhée

Les experts conseillent vivement de ne pas tenter de guérir la gonorrhée par eux-mêmes, car de telles actions irréfléchies sont souvent empreintes de la transformation de la maladie en une forme chronique. Il convient de noter que lorsqu’une infection gonococcique est détectée chez une patiente, tous les partenaires sexuels qui l’ont contacté pendant deux mois sont soumis à un examen et à un traitement. Pendant cette période, tout contact sexuel est strictement interdit et la consommation de boissons alcoolisées ainsi que la consommation d'aliments gras, épicés et fumés sont contre-indiquées.

Le traitement de la gonorrhée implique l'utilisation de médicaments antibactériens. Au cours des dernières décennies, les gonocoques ont acquis une résistance à l'antibiotique de la série des pénicillines, à la suite de laquelle d'autres groupes de médicaments antibactériens à action bactérioscopique et bactéricide ont été prescrits aux patients.

En cas de gonorrhée aiguë fraîche, le traitement étiotrope suffisant pour agir sur la cause de la maladie est souvent suffisant, mais avec le développement d'une forme compliquée, latente et chronique d'infection à Gonorrheal, les patients sont traités de manière complexe après avoir d'abord déterminé la sensibilité de l'agent pathogène à un médicament antibactérien donné.

беременным женщинам, кормящим матерям и детям до 14 лет противопоказаны фторхинолоны и аминогликозиды, поэтому такой группе пациентов патогенетическая терапия назначается сугубо индивидуально. Remarque: les femmes enceintes, les mères allaitantes et les enfants de moins de 14 ans ne conviennent pas aux fluoroquinolones et aux aminosides. Par conséquent, pour un tel groupe de patients, le traitement par pathogénétique est prescrit de manière individuelle.

Si une femme enceinte est atteinte de gonorrhée, un traitement prophylactique est immédiatement administré après la naissance de l'enfant.

Dans les formes mixtes d’infection, le traitement principal est associé à l’immunothérapie, à la physiothérapie et à des procédures locales.

En fin de traitement, après la disparition de tous les symptômes caractéristiques de la maladie, le patient subit plusieurs examens de suivi utilisant différents types de provocations.

Prévention de la gonorrhée

  1. Использование индивидуальных средств защиты;
  2. Соблюдение правил личной гигиены;
  3. Использование после случайного незащищенного полового контакта специальных антисептиков (хлоргексидина, мирамистина и др.)
  4. Регулярная диагностика ЗППП у лиц, часто меняющих половых партнеров.
  5. Обязательные профосмотры работников сферы питания, детских и медицинских учреждений.
  6. Обязательное обследование на гонорею беременных женщин.
  7. Санитарно-просветительная работа узкопрофильных специалистов среди населения.

25 Март 2014 | 6 268 | Non classé
Aller
Laissez vos commentaires


Medecine Naturel: Pour tout traitement de la gonorhée masculine ou féminine contacter nous au +22995342018 disponible sur whasap nous avons des produits 100%naturelles et très efficace pour vous.

Medecine Naturel: Pour tout traitement de la gonorhée masculine ou féminine contacter nous au +22995342018 disponible sur whasap nous avons des produits 100%naturelles et très efficace pour vous.

Cassandra Appolo: Bonjour je voudrai vous poser une question privée s'il vous est ce que je peux vous contacter par mail s'il vous plaît merci..

José Akakpo: bonjour tantine svp aidez moi .comment traité naturellement la candidose vaginal..jai utiliser les medicament fatigué svp

Sixtus Patrick Tv6: Bonsoir les grandes mais dessin naturaliste je souffre des infections sexuelles et des mois apporte-moi des éléments naturels pour soigner ça s'il vous plaît

Aller
Aller