Aller Mictions fréquentes chez les femmes: causes, traitement. Miction fréquente d'uriner sans douleur - causes
médecine en ligne

Mictions fréquentes chez les femmes: causes

Contenu:

La fréquence des mictions est une affaire purement individuelle, qui dépend pour la plupart du mode de vie, de la structure anatomique et de la présence de maladies chroniques. La fréquence et la quantité d'urine peuvent varier non seulement au cours de la vie, mais même au bout de quelques jours et de manière très significative. Cela peut être dû à la fois à l'état pathologique et à la variante de la norme physiologique.
Quelles maladies peuvent être suspectées si des mictions fréquentes sont accompagnées de douleur? Vaut-il la peine de sonner l’alarme si des mictions fréquentes chez les femmes sans douleur? Comment est le diagnostic? Vous trouverez ces questions et d'autres ci-dessous.



Causes de mictions fréquentes chez les femmes

Mictions fréquentes chez les femmes Les envies fréquentes d'aller aux toilettes peuvent être le résultat de trois groupes de facteurs:

  • Maladies du tractus urinaire ou pathologie systémique;
  • Changements naturels du statut hormonal de la femme;
  • Réaction normale du corps aux boissons, aux aliments ou à l'activité physique.

Miction fréquente pour cause de maladie

Le plus souvent, le régime urinaire change en raison de maladies du système urinaire, telles que l'urétrite, la cystite , la pyélonéphrite et l'urithiase (en option, la diurèse saline). Toutes ces pathologies sont interdépendantes et peuvent, en l’absence de traitement opportun, se causer mutuellement. Par exemple, si l’urétrite apparaît pour la première fois, puis la pyélonéphrite, on parle alors d’infection en amont. Si, au contraire, les médecins disent une infection à la baisse. Ce groupe de maladies se caractérise non seulement par des mictions fréquentes, mais également par des sensations douloureuses au cours du processus, dont l’intensité dépend de la gravité de la maladie inflammatoire.

  1. L'uréthrite est une inflammation de l'urètre - l'urètre. Cela peut résulter d'une contamination microbienne (en particulier lors de la surfusion) et de facteurs mécaniques, par exemple lorsque vous portez des sous-vêtements inconfortables et / ou synthétiques. En fait, l'urétrite cause des mictions plus douloureuses que fréquentes, cependant, plus le patient en souffre, plus son urine est concentrée et plus il aura à souffrir en urinant. Ainsi, des visites plus fréquentes aux toilettes ont plus de chances d'être préventives. En outre, dans le traitement de l'urétrite, les médecins recommandent une consommation d'alcool abondante, qui augmente également le nombre de personnes qui ont envie d'uriner.
  2. Cystite - inflammation de la vessie - la cause la plus fréquente de mictions fréquentes, qui s'accompagne également de douleurs et de coupures. La cystite est fréquente chez les femmes en raison du fait qu'elles ont un urètre court et que l'infection pénètre très rapidement dans les organes situés en amont. En fonction de la gravité de la maladie, le besoin d'aller aux toilettes peut se produire même avec un peu de vessie. Souvent, les femmes se plaignent d'être littéralement «goutte à goutte». Cela est dû à une irritation douloureuse des parois de la vessie. Au fil du temps, la cystite chronique peut provoquer une faiblesse des parois musculaires ou leur épaississement.
  3. La pyélonéphrite est une maladie rénale de nature inflammatoire dont l'un des symptômes est les mictions fréquentes, ainsi que la fièvre, la fièvre et d'autres. Des envies fréquentes d'aller aux toilettes peuvent être très inconfortables. En outre, les femmes souffrent de douleurs dans la région lombaire.
  4. Une urolithiase ou une diurèse saline - dans ce cas, le besoin d'aller aux toilettes devient plus fréquent lors d'efforts physiques, de tremblements, sur la route. Parfois, des calculs peuvent bloquer les uretères ou l'entrée de l'urètre, ce qui crée un inconfort supplémentaire en urinant - cela s'arrête, même si la vessie n'est pas encore vidée.

Puisque tout est interconnecté dans le corps, la miction peut également devenir plus fréquente sous l'influence de maladies d'autres organes et systèmes, et pas seulement urinaire. Par exemple, des problèmes gynécologiques font que les femmes ressentent le besoin d'aller aux toilettes régulièrement.

  1. Fibromes utérins - Tumeur bénigne de la cavité ou des parois de l'utérus, à cause de laquelle ces dernières, de plus en plus grandes, exercent une pression sur la vessie. Le sentiment d'inconfort qui en résulte incite une femme à aller aux toilettes plus souvent, car subjectivement, une telle pression est perçue comme une envie pressante d'uriner. Un fibrome pendant longtemps peut ne pas être accompagné de symptômes. Il est donc extrêmement important de consulter un médecin dès que vous remarquez une augmentation du nombre de sorties aux toilettes. Cela permettra peut-être de diagnostiquer la tumeur aux stades précoces et d’effectuer un traitement qui permettra de préserver l’utérus.
  2. L'omission de l'utérus se produit pour de nombreuses raisons. Cependant, elle n'est pas toujours détectée à temps. Les symptômes qui accompagnent l'omission sont initialement de nature subjective: sensation de corps étranger dans le vagin, inconfort dans le pelvis, etc. Les mictions fréquentes permettent aux médecins de se concentrer sur le problème et de l'identifier rapidement. L'omission de l'utérus ne nécessite une intervention chirurgicale que dans les cas avancés, elle est résolue au début par des exercices spéciaux et des massages.

Des envies fréquentes "de petite taille" peuvent être des signes de diabète.

  1. Le diabète sucré est une violation du métabolisme du glucose, ce qui peut être dû à un faible taux d'insuline ou à un manque de sensibilité des cellules. L'un des principaux symptômes du diabète est une forte soif et, par conséquent, des mictions fréquentes.
  2. Le diabète non sucré est un déséquilibre hormonal qui se manifeste par l'incapacité du corps à retenir l'eau.

Mictions fréquentes en raison de changements hormonaux

Parfois, la miction devient plus fréquente, cependant, elle est considérée comme la norme. Cela est dû aux modifications du fond hormonal chez les femmes, qui se produisent pendant la grossesse et pendant la ménopause.

Une envie fréquente d'aller aux toilettes est l'un des signes indirects de la grossesse. Au début, ils ne sont pas liés à des causes physiques, car l'utérus n'est pas encore élargi. Les mictions fréquentes au cours du premier trimestre sont dues au fait que l'utérus et la vessie sont situés côte à côte et que l'irrigation sanguine accrue et l'innervation d'un organe en capturent un autre. Dans le cas du système urinaire, cela se manifeste par une augmentation du besoin de toilettes.

Mictions fréquentes en tant que variante de la norme

L'augmentation de la formation d'urine est dans la plupart des cas associée à des modifications du régime hydrique. Plus une femme boit de liquide, plus elle ressentira le besoin d'aller aux toilettes, ce qui est normal. Le café, les compotes et les boissons aux fruits ont un effet diurétique important. Par ailleurs, il convient de mentionner l'alcool, qui contribue à la violation de l'échange d'eau. Même de petites quantités d'alcool peuvent augmenter la miction et provoquer un gonflement.

La variante de la norme n’est envisagée que s’il s’agit d’une miction fréquente sans douleur.

Symptômes associés à une augmentation de la miction chez les femmes

En plus des appels fréquents aux toilettes, une femme peut se plaindre de:

  • Douleur et crampes pendant la miction;
  • Fièvre, frissons et symptômes de malaise général et d'intoxication;
  • Douleur dans la région lombaire, y compris insupportable, nécessitant des soins médicaux immédiats;
  • Saignements utérins, non associés au cycle menstruel, ainsi qu'à la dysménorrhée ;
  • Gêne dans la région pelvienne, sensation de corps étranger, etc.



Diagnostic de mictions fréquentes chez la femme

Le diagnostic des causes de toute plainte commence par la collecte de l'anamnèse et l'examen externe du patient. Le médecin peut ainsi identifier le gonflement afin de recueillir des informations sur le mode de vie du patient. En règle générale, cela ne suffit pas et le spécialiste prescrit les tests suivants à la femme:

  • Un test sanguin - indique si le corps de la femme a un foyer d’inflammation. Grâce à un test sanguin de routine, il est possible de déterminer de manière fiable si un médecin traite une infection ou non.
  • Analyse biochimique du sang - montre les marqueurs des reins - le niveau d'urée, d'acide urique et de créatinine. Si ces chiffres sont supérieurs à la normale, il est fort probable que ce soit la pyélonéphrite ou l’urolithiase. Le test sanguin biochimique est également un diagnostic du diabète. L'un des indicateurs est le niveau de glucose dans le sang.
  • Analyse clinique de l'urine - la phase la plus importante de l'enquête. Sur la base de ses résultats, il est possible de déterminer la présence d’une inflammation dans la vessie ou les reins. Dans ces cas, les leucocytes et même les érythrocytes (sang) sont détectés dans les urines. Indique certaines pathologies et protéines dans l'urine, qui normalement ne devraient pas être là. Le mucus et le sel amènent le médecin à suggérer une lithiase urinaire ou son stade initial - la diurèse au sel. La microscopie de résidus vous permet même de déterminer le type de sels afin de corriger correctement le régime alimentaire du patient.
  • Échographie des organes pelviens. Il est nécessaire de vérifier l'état des reins, des uretères, de la vessie, de l'utérus et des ovaires.
  • Frottis gynécologique - Les infections sexuellement transmissibles peuvent provoquer des mictions fréquentes, pouvant même être douloureuses. En outre, un certain nombre d'infections urogénitales provoquent une inflammation des systèmes urinaire et reproducteur.

Mictions fréquentes chez les femmes: traitement

Si les mictions fréquentes ne constituent pas une variante de la norme et qu’elles nécessitent une correction, le traitement vise à éliminer le facteur étiologique - la maladie qui l’a provoquée.

Le traitement antibiotique le plus couramment prescrit consiste à éliminer une infection bactérienne ou une invasion de protozoaires. Il est recommandé de boire des antifongiques et des probiotiques avec des antibiotiques. Si une femme est sujette à des allergies, le médecin prescrit des antihistaminiques en même temps que le traitement principal.

Si le problème est associé à des sels ou des calculs dans les reins, le néphrologue prescrit des moyens spécifiques pour modifier l’acidité de l’urine. Habituellement, ces préparations contiennent des sels ou sont basées sur des extraits de plantes. En fonction de la composition des calculs, le pH de l'urine varie de sorte que les calculs se dissolvent le plus rapidement possible et ressortent naturellement avec l'urine.

Si des mictions fréquentes sont associées aux spécificités de l'alimentation ou du régime hydrique, il n'est pas nécessaire de changer quelque chose. Une exception ne peut être que l'abus de boissons alcoolisées, qui devrait être abandonné.

L'envie d'uriner, qui survient pendant la ménopause, se transmet par un traitement hormonal approprié.

Les mictions régulières associées à la grossesse ne nécessitent pas de correction.

Mictions fréquentes pendant la grossesse

Il est courant de se rendre fréquemment aux toilettes pendant la grossesse, de sorte que cette affection ne nécessite aucune correction médicale. Au premier trimestre, cela est associé à une augmentation de la circulation sanguine et à une innervation dans les organes pelviens, ainsi qu’aux sensations subjectives de la femme.

Au deuxième trimestre, la fréquence des désirs est quelque peu réduite, car le corps est progressivement reconstruit sous le nouvel état et s’adapte.

Au troisième trimestre, la croissance rapide de l'utérus commence, ce qui exerce une pression physique sur la vessie. Cela provoque des mictions fréquentes, qui ne s'accompagnent toutefois pas de sensations douloureuses.

Malgré le fait que les femmes aient fréquemment besoin d'aller aux toilettes pendant leur grossesse, il est important de respecter les règles d'hygiène afin de ne pas provoquer d'inflammation de la vessie ni d'urétrite. Il est également nécessaire de surveiller le régime des eaux. Si, lorsqu’une femme reçoit 2 litres d’eau, elle développe un œdème, le médecin peut limiter la consommation de liquide à un litre et demi, voire 1 litre d’eau par jour. Dans ce cas, il convient de refuser les produits salés et fumés et autres plats pouvant provoquer la déposition de sels dans les reins, ainsi qu'une soif accrue.


| 14 mars 2015 | | 3 278 | Maladies de l'appareil génito-urinaire
Aller
Laissez vos commentaires



Aller
Aller